«L’Europe va acquérir un éventail politique fasciste si rien ne change»

13 Février 2016 : des groupes de néo-nazis à Budapest, en Hongrie.© Laszlo Balogh Source: Reuters
13 Février 2016 : des groupes de néo-nazis à Budapest, en Hongrie.

Les réseaux sociaux sont très importants pour les groupes d’extrême droite qui communiquent entre eux entre les différents pays de l’UE en construisant un mouvement politique, a confié à RT Adrian Grogpolo de l’Université de Gothenburg.

RT : En Norvège, la police recense près de 100 groupes d’extrême droite. Comment expliquer cet essor ?

Adrian Grogpolo (A.G.) : Pour comprendre la montée de l’extrême droite en Europe, il faut remonter à la fin des années 1980, début des années 1990. L’influence de l’extrême droite s’était alors affirmée dans plusieurs régions d’Europe, en particulier dans les pays scandinaves et bien-sûr en Allemagne, mais aussi dans beaucoup d’autres pays comme la France et l’Angleterre. L’extrême droite dispose d’un pouvoir politique dont nous devons être conscients et que nous devons analyser car il va se renforcer. Je suis navré de devoir l’admettre, mais l’Europe va acquérir un éventail politique fasciste si rien n’est fait dans les prochaines années.

RT : Ils sont également présents en Suède. Pourquoi sont-ils devenus si nombreux ?

A.G. : D’une part, grâce à beaucoup de publicité, c’est à mon avis l’un de leurs points forts. D’autre part, les nouvelles technologies de l’information jouent un rôle clef. Les réseaux sociaux sont très importants pour ces groupes et leur permettent de communiquer entre eux entre différents pays ou régions. Ils forment des organisations ; ils construisent un mouvement politique, ils savent quand agir, ils savent recycler leur discours. Aujourd’hui, ils se sont beaucoup politisés, leur discours est radical et raciste. Beaucoup de partis légitiment le fascisme de rue.

Les démocrates de Suède est un parti politique suédois raciste et fasciste qui gagne des voix à cause des circonstances actuelles

RT : Croyez-vous que la violence des groupes d’extrême droite doit inquiéter ? Et si oui, pourquoi ?

A.G. : Je pense que d’un côté cela inquiète beaucoup la police. Mais d’un autre côté, je ne les crois pas si inquiets…en Suède par exemple, au début des années 1990 un homme terrorisait tout le monde, je parle du Lasermannen («l’homme laser»), qui tuait des gens avec un pistolet laser. Plus tard, on a observé la montée de divers groupes racistes…et il y a quelques années, en Norvège, il y a eu le cas d’Anders Breivik…

Les démocrates de Suède est un parti politique suédois raciste et fasciste qui gagne des voix à cause des circonstances actuelles : la guerre au Moyen-Orient, la guerre en Syrie qui a déclenché une vague d’immigration. Leur politique se base sur ça.

Le pire scénario serait que certains de ces partis politiques aux idées racistes et fascistes parviennent au pouvoir

Je pense que la police, ainsi que le gouvernement, en sont partiellement responsables. Pour eux, la montée de l’extrême droite n’est pas une menace pour la sécurité. Ce n’est pas un problème qui touche directement le gouvernement et la majorité de la population… mais des actes très violents sont perpétrés contre les minorités. C’est une des questions : pourquoi ne se concentre-t-on pas sur le terrorisme dont beaucoup de minorités, beaucoup d’immigrés souffrent aujourd’hui. En politique, à travers la violence, à travers la discrimination sur le marché du travail, les migrants et les minorités souffrent.

RT : Que pourraient être les conséquences si ces groupes devenaient violents ?

A.G. : Le pire scénario serait que la présence de ces groupes devienne normale, je veux dire, dans les rues. Leur présence est déjà devenue normale en politique ; elle est devenue normale dans plusieurs institutions politiques et économiques. Il est désormais temps pour ces groupes de la rendre normale dans la rue. Le pire scénario serait que certains de ces partis politiques aux idées racistes et fascistes parviennent au pouvoir. Ils légitimeraient la violence beaucoup plus qu’ils ne le font aujourd’hui dans la rue, et bien-sûr, ils commenceraient à changer les idées des gens, le bon sens des gens au sein de la société…

ENQUÊTE SPECIALE: Renaissance : Le nazisme refait-il surface ? 

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales