John Laughland est directeur des Etudes à l'Institut de la Démocratie et de la Coopération (Paris), philosophe et historien. De nationalité britannique, il est l’auteur de plusieurs ouvrages historiques et géopolitiques traduits en sept langues.

«Le «sultan» Erdogan songe-t-il à devenir le calife que prétend être aujourd'hui le chef de Daesh ?»

Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie© Umit Bektas Source: Reuters
Recep Tayyip Erdogan, président de la Turquie

La destruction d’un bombardier russe par la Turquie montre qu'Ankara voit Daesh non pas comme son ennemi – mais bien le contraire, estime John Laughland. Et l'OTAN risque d’être entraînée dans son jeu qui peut avoir des conséquences globales.

Juste avant sa consolidation, avec la visite de François Hollande à Moscou prévue le 26 novembre, la nouvelle unité entre l'Europe et la Russie dans la lutte contre l'Etat islamique a été descendue en flammes par l'aviation turque. Cet avion russe qui s’écrase sera le symbole du rapprochement éphémère entre Paris et Moscou sur le dossier syrien. La nouvelle entente n'aura duré qu'une dizaine de jours, tout comme, en septembre 2013, l'accord américano-russe sur le désarmement chimique de Damas a été très vite tué dans l'oeuf par la crise ukrainienne.

Ankara alimente les rebelles syriens, y compris islamistes, avec un soutien militaire, financier et logistique, tout en présentant à l'Europe la facture de la vague migratoire qu'elle laisse passer en direction du Vieux continent à travers son propre territoire

Depuis le début de la guerre civile en Syrie, la Turquie y joue un sinistre double jeu. En apparence, alliée de l'Occident, elle se sert en réalité de son statut de membre de l'OTAN pour mener une politique régionale aux dépens de la lutte contre l'Etat islamique. Ankara alimente les rebelles syriens, y compris islamistes, avec un soutien militaire, financier et logistique, tout en présentant à l'Europe la facture de la vague migratoire qu'elle laisse passer en direction du Vieux continent à travers son propre territoire.

Que la Turquie se tourne immédiatement vers l'Alliance atlantique après avoir abattu l'avion russe, et non pas vers Moscou avec qui elle a pourtant des rapports fonctionnels, montre à quel point elle entend couvrir ses objectifs régionaux par l'alliance militaire la plus puissante de l'histoire de l'humanité. Que l'Otan lui prête une oreille plus que sympathique montre aussi à quel point les puissances occidentales sont déterminées à ne pas permettre à la Russie de remporter une victoire militaire en Syrie. Si l'Alliance cherchait un prétexte pour torpiller toute entente euro-russe, elle vient de le trouver, à 6 000 mètres d'altitude.

Qu'Ankara veuille renverser le régime syrien dans un bain de sang n'est un secret pour personne; que la Turquie néo-ottomane rêve de rétablir, au moins une influence, sinon une domination directe sur les anciennes terres de l'empire ottoman, Syrie incluse, est d'autant plus de notoriété que le Premier ministre, Ahmet Davutoglu, en est le principal théoricien. Que la Turquie ne peut pas supporter que les forces kurdes remportent une victoire au sol, en libérant  le territoire syrien de la peste islamiste, est aussi une évidence.  Le «sultan» Erdogan songe-t-il peut-être aussi à devenir, un jour, le calife que prétend être aujourd'hui Monsieur Al-Baghdadi, une fois le chiisme refoulé par une défaite de l’armée syrienne et des alliés libanais et iraniens ? C'est ce que pensent beaucoup de Turcs non alignés sur la vision islamiste de leur président.

Le monde entier devrait maintenant comprendre qui, pour Ankara, est le vrai ennemi. De toute évidence, ce n'est pas l'Etat islamique

En 1914, la Première guerre mondiale a éclaté parce que les grandes puissances étaient liées par une série d'alliances dont les historiens dénoncent aujourd'hui l'automatisme. Cet automatisme a fait d'un petit contentieux régional un conflit à l'échelle planétaire. Aujourd'hui, l'automatisme de l'OTAN nous met dans la même situation hautement dangereuse. Les autres membres de l'Alliance atlantique ne peuvent pas ne pas soutenir leur allié turc dans son propre jeu, et c'est bien grave.

La politique, c'est le choix entre l'ami et l'ennemi. Le monde entier devrait maintenant comprendre qui, pour Ankara, est le vrai ennemi.  De toute évidence, ce n'est pas l'Etat islamique.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales