EN CONTINU : le corps du pilote abattu près de la frontière turco-syrienne sera rapatrié en Russie

Le ministère turc des Affaires étrangères© Source : wikipedia
Le ministère turc des Affaires étrangères

La Turquie a abattu un avion de combat russe SU-24 à la frontière turco-syrienne, qui selon elle, a violé l’espace aérien turc. La Russie dément et affirme que son bombardier a été abattu sur le territoire syrien.

  • Le corps du pilote russe sera acheminé en Russie pour y être enterré d'après les traditions orthodoxes, a annoncé le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu.

    D’après l'ambassade de Russie en Turquie, le corps d’Oleg Peshkov sera transféré aujourd’hui à Ankara par un attaché militaire russe. Néanmoins, la date de son rapatriement en Russie n'a pas encore été dévoilée. «En accord avec leurs traditions religieuses, des rites funéraires ont été célébrés par des prêtres orthodoxes dans la région de Hatay», a ajouté le Premier ministre.

  • Le ministère turc des Affaires étrangères recommande à ses concitoyens d’éviter tout voyage non urgent vers la Russie.

    Entretemps, le président turc a annoncé être déçu par l’incident et espère que cela ne répètera plus. Quant à la rencontre avec Poutine, Recep Tayyip Erdogan estime que la réunion sur le climat à Paris comme une opportunité à saisir pour réamorcer le dialogue des russo-turc.

  • Après l’incident du SU-24 abattu par la Turquie, la ligne directe créée pour éviter les situations dangereuses a été suspendue, a fait savoir samedi le secrétaire de presse du président russe Dmitri Peskov.

  • Selon les forces armées russes, les résultats obtenus par le service de contrôle aérien en Syrie laissent penser que les avions de chasse turcs auraient planifié leurs actions afin de tendre une embuscade au bombardier russe.

    «Les avions turcs ont dressé une embuscade au SU-24 russe, sinon ils n’auraient pas eu le temps de décoller depuis l’aérodrome le plus proche.»

  • Le président turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié d’«inacceptables» les critiques de Moscou après que l'armée turque a abattu mardi un avion militaire russe à la frontière turco-syrienne. Il a aussi accusé la Russie de «jouer avec le feu» en soutenant le régime de Bachar el-Assad.

  • Les chasseurs turcs F-16 ont abattu le SU-24 russe en rétorsion  à la destruction de centaines de camions citernes, qui avaient été envoyés par les combattants de l’Etat islamique en Turquie depuis la Syrie, a déclaré le ministre de l’Information de  Syrie Omran al-Zoubi. Tout ce pétrole était destiné à être acheté par la société pétrolière du fils du président turc Recep Tayyip Erdogan, a-t-il ajouté dans son interview à l’agence russe RIA Novosti.

    «Cela a beaucoup joué sur les nerfs d’Erdogan et sur sa société», a expliqué le ministre. «Ils n’importent pas seulement du pétrole, mais aussi du blé et des antiquités» , a-t-il encore déclaré.

    Le responsable a mis en doute la version turque des événements de mardi, dans le ciel syrien. «Ankara déclare d’abord qu’ils ont adressé 10 avertissements à l’avion russe, mais affirme ensuite qu’il s'est trouvé dans son espace aérien pendant 17 secondes. Il est impossible du point de vue technique d’envoyer 10 avertissements en 17 secondes», a souligné Omran al-Zoubi.

  • Si la Russie abat un avion de combat turc au-dessus du territoire syrien, Ankara le considérera comme un acte d’agression contre sa souveraineté», a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan dans une interview à la chaîne américaine CNN.

    «C’est un tournant qui est possible et qui obligerait la Turquie à prendre des mesures correspondantes», a estimé le dirigeant.

  • Les groupes terroristes opérant dans la zone du crash du SU-24 en Syrie ont été détruits, a fait savoir jeudi Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense.

    «Dès que notre pilote a été mis en sécurité, la zone a été lourdement bombardée par l’armée de l’air russe et pilonné par l’artillerie des forces syriennes», a-t-il précisé aux journalistes.

    De plus, il a ajouté que le ministère de la Défense russe et les forces armées turques ont suspendu la coopération, y compris sur la ligne directe reliant les deux pays, ouvert en cas d’incidents aériens au-dessus de la Syrie.

    Dans le même temps, l’aviation russe continue ses frappes aériennes des installations terroristes. Ainsi, plus tôt dans la journée, elle a bombardé une installation de stockage de pétrole près de Raqqa.

La Turquie a abattu un bombardier russe SU-24 ce matin. La première information est apparue à 10 heures (heure locale).

«Aujourd’hui, un avion russe Su-24 s’est écrasé en territoire syrien, probablement à cause d’un tir depuis le sol», a déclaré le ministère de la Défense russe.

Contrairement aux déclarations de la Turquie, la Défense russe a affirmé avoir des preuves recueillies par des «moyens de contrôle impartiaux» démontrant que son avion n’avait pas violé l’espace aérien turc.

Pour leur part, les autorités militaires turques ne nient pas avoir abattu l’avion avec un F-16, mais affirment que l’avion aurait violé leur espace aérien.

L’avion s'est écrasé sur un village habité principalement par des Turkmènes syriens, des citoyens syriens d’origine turque. La localité est depuis longtemps un point chaud de combats entre l'opposition et l’armée syrienne.

La chaîne Habertürk TV a montré des images de l’avion de chasse en flammes. Le journaliste a même évoqué «une boule de feu».

Les pilotes ont réussi à quitter l'appareil avant l’incendie. La Turquie a envoyé deux hélicoptères pour secourir les pilotes.

Les pilotes ont réussi à quitter l'appareil avant l’incendie. La Turquie a envoyé deux hélicoptères pour secourir les pilotes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales