La Russie met un terme à ses activités liées au Traité sur les forces armées conventionnelles

Le ministère russe des Affaires étrangères. Source: RIA NOVOSTI
Le ministère russe des Affaires étrangères.

Moscou a annoncé que la Russie suspendait ses activités liées au Traité sur les forces conventionnelles en Europe, la participation russe au Traité a été suspendu pour la première fois en 2008 après l’instauration d’une moratoire sur son application.

«La Fédération de Russie a décidé d’arrêter de participer aux réunions du Groupe consultatif à partir du 11 mars 2015. En conséquence, la Russie suspend ses activités liées au Traité sur les forces conventionnelles en Europe», a fait savoir le ministère russe des Affaires étrangères.

Le site du ministère russe des Affaires étrangères explique que la Russie avait fait tout son possible pour soutenir le régime de contrôle des armements conventionnels. La Russie a initié des négociations pour adopter le traité sur les forces conventionnelles en Europe et ratifié l’accord sur son adoption.

Malheureusement, les pays membres de l’OTAN ont préféré ne pas respecter les règles de ce Traité en élargissant l’Alliance et empêcher son adoption et son entrée en vigueur sous des prétextes fantaisistes.

Mais la Russie précise toutefois ne pas vouloir renoncer au dialogue.

Cette démarche ne signifie pas que la  refusera de mener un dialogue sur le contrôle des armements conventionnels en Europe «au moment où nos partenaires seront prêts». «Nous sommes toujours prêts à travailler ensemble sur un nouveau régime de contrôle des armements conventionnels qui répondra aux intérêts de la Russie et des autres pays européens», a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

Moscou a demandé à la Biélorussie de représenter ses intérêts au sein du groupe consultatif à partir de du 11 mars.

Le Traité FCE initial signé en 1990 par 16 membres de l’OTAN et 6 pays du pacte de Varsovie, a établi des plafonds égaux pour chaque bloc concernant des catégories clés d’armement conventionnel, dont les chars, les véhicules blindés, l’artillerie, les hélicoptères d’assaut et les avions de combat. Selon le Traité, chaque partie ne doit pas posséder de plus de 16 500 chars ou 27 300 véhicules blindés en activité.

En 1999, une version «adaptée» du traité a été signée. En décembre 2007, Moscou a décrété un moratoire sur la version «adaptée» du Traité FCE en disant que ce Traité était devenu «non pertinent» dès le moment où  avait augmenté sa présence militaire en Europe de l’Est. De leur côté, les membres de l’OTAN ont refusé de la ratifier tant que la Russie ne retirerait pas ses troupes de Géorgie et de la région dissidente de Moldavie, la Transnistrie. Des conditions que la Russie a critiquées, les qualifiant de «liens artificiels».

Quatre années plus tard, l’OTAN a déclaré qu’elle mettrait un terme à l’échange d’informations sur l’armement conventionnel et les troupes avec la Russie. En novembre 2014, Moscou a suspendu la mise en œuvre du Traité FCE.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales