Pays Bas : l’indemnisation d’un trafiquant de drogue pousse le ministre de la justice à la démission

Amsterdam Source: RIA NOVOSTI
Amsterdam

Le ministre néerlandais de la Justice et son adjoint ont démissionné en raison d’une récompense de 2,1 millions d’euros versée en 2001 à un dealer. Le ministère de la Justice a trompé le parlement sur les détails de l’accord.

En 2001 le parquet néerlandais a décidé de payer 4,7 millions de florins (2,1 millions d’euros) à un trafiquant de drogue connu sous le nom de Cees H.

Il s’agissait en fait d’une indemnisation, après que le parquet néerlandais ne soit pas parvenu à prouver que les biens saisis par la justice de Cees H. avaient été acquis illégalement. Ni le public, ni les autorités fiscales n’ont eu connaissance de cet accord mais l’un des avocats du trafiquant l’a dévoilé au grand jour il y a un an.

Le ministre de la Justice Ivo Opstelten a été appelé à faire rapport parlementaire sur cette affaire, dans lequel il a dit qu’une somme inférieure, 2 millions de florins, avait été versée au trafiquant à l’époque et que tous les documents relatifs à cet accord avaient disparus.

Mais aujourd’hui, Ivo Opstelten a révélé le montant réel de la transaction, confirmé l’existence de données numériques sur l’accord et démissionné.

Selon l’AFP, le ministre a déclaré qu’il « existe une incertitude quant à cet accord depuis longtemps. J’assume toutes mes responsabilités, je viens de présenter ma démission au roi».

Le vice-ministre de la justice Fred Teeven, qui était procureur à Amsterdam au moment de l’accord passé avec Cees H., a suivi son exemple. Il a toutefois affirmé «qu’il n’y avait rien de mal à l’accord» qui «a été fait pour le peuple et la patrie», selon le site DutchNews.nl.

Ces démissions sont un coup sérieux porté à la coalition au pouvoir juste avant les élections provinciales du 18 mars. «Je n’ai pas d’autre choix que de respecter leur décision», a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, selon Reuters, en ajoutant : «Le gouvernement a perdu deux experts».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales