La Libye déclare l’état de force majeure pour 11 champs pétrolifères (VIDEO)

En raison des attaques des installations pétrolières et des ports en Libye par les combattants de l’Etat islamique (EI), le National Oil Co. a déclaré l’état de force majeure pour 11 champs pétrolifères.

Cette annonce fait suite aux attaques sur les champs d’Al-Bahi et d’Al-Mabrouk par les combattants de l’EI plus tôt cette semaine et la brève prise de contrôle d’un troisième champ à Al-Dahra, a confié à l’AFP un porte-parole du service de sécurité de l’industrie pétrolière libyenne.

L’introduction de ce régime libère les parties de leurs obligations contractuelles compte tenu d’une situation extraordinaire.

A Al-Dahra, les terroristes ont engagé le combat avec les gardiens et ont pu faire exploser les bâtiments résidentiels et administratifs avant de quitter l’installation. «Ils ont encerclé le site de trois côtés, et puis les gardiens ont manqué de munitions, ils ont fait irruption dans les bâtiments, ont pillé tout ce qu’ils ont vu et puis ont fait sauter les bâtiments, ne laissant que des ruines», a affirmé à Associated Press, le ministre de  du gouvernement de Tripoli, Mashallah al-Zewi.

Les militaires libyens ont néanmoins pu reprendre le contrôle de ce champ pétrolifère qui se trouve à quelque 500 km au sud-est de Tripoli. «Lorsque nous sommes arrivés, le champ était totalement désert», a raconté le colonel Hakim Maazab, le chef de la brigade de protection des champs de pétrole centraux, au Wall Street Journal. Pendant qu’ils en avaient le contrôle, les islamistes ont pu endommager l’installation, y compris les cuves de mazout et le poste de contrôle, a ajouté l’intéressé.

Les champs de Al-Mabrouk et de Al-Bahi étaient vides lors du dernier raid, en raison des attaques du mois dernier, mais dans l’attaque d’Al-Dahra, les combattants de l’EI ont tué au moins neuf gardiens. Les champs d’Al-Bahi et d’Al-Dahra sont gérés conjointement par les compagnie américaines Marathon Oil Corp., Hess Corp et ConocoPhillips.

Alors que la situation sur le terrain continue de se détériorer, l’envoyé spécial de l’ONU Bernadino Leon a estimé devant le Conseil de sécurité des Nations Unies que «rien n’arrêtera le renforcement de la présence de l’EI en Libye».

La Libye avait demandé au Conseil de sécurité des Nations unies de supprimer l’embargo sur les livraisons d’armes imposé en 2011, vers la fin de la présidence de Mouammar Kadhafi, en vue de renforcer les capacités des forces aériennes libyennes.

En savoir plus : La Libye demande la levée de l’embargo sur les armes pour combattre l’EI

Plusieurs groupements militaires s’affrontent pour le contrôle du pays dans la plus grave vague de violence depuis l’insurrection qui a provoqué le départ de Mouammar Kadhafi. Après la prise de Tripoli par le groupe Libya Dawn l’année dernière, deux gouvernements gèrent de facto le pays et tous deux tentent d’exporter du pétrole.

La National Oil Corporation libyenne a publié une déclaration destinée aux acteurs concernés dans laquelle elle a estimé que toutes les accusations de vol et d’exportations illégales de pétrole dans le pays sont «fausses», en précisant qu’«elle n’avait jamais constaté une telle contrebande».

«Ces informations visent à semer la confusion dans la communauté locale et détériorer la confiance du peuple dans les institutions officielles. Ces institutions ont à cœur de sauvegarder la richesse et les ressources du peuple libyen, de les gérer et de les investir conformément à la législation en vigueur», précise la déclaration.

Les exportations journalières de pétrole libyen s’élevaient à 1,6 millions de barils avant la chute de Kadhafi. La production de pétrole a depuis chuté de 430 000 barils par jour en 2014 et même à 350 000 barils par jour en janvier 2015. La  est membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et dispose des réserves les plus importantes du continent africain, estimées à 48 milliards de barils.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales