Obama : Netanyahou n'a offert aucune alternative viable à l’accord nucléaire iranien

Le président américain Barack Obama a déclaré que pendant son discours devant le Congrès mardi, le Premier ministre israélien n'avait offert aucune alternative viable aux négociations en cours sur le programme nucléaire de l’Iran.

Barack Obama a avoué qu’il «n’y avait rien de nouveau» dans le discours que Benyamin Netanyahou a tenu le 3 mars devant le Congrès, à l’invitation du président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehner mais sans l’aval de la Maison Blanche ni du département d’Etat américain.

«Concernant cette question centrale, comment nous pouvons empêcher l’Iran d’obtenir des armes nucléaires qui le rendraient plus dangereux…le Premier ministre n'a offert aucune alternative viable», a déclaré Obama, selon NBC News.

Le président américain a ajouté que le discours du Premier ministre israélien n’était pas différent de celui qu’il avait fait en 2013, lorsqu’il avait critiqué un accord nucléaire provisoire entre les , l’Iran et les autres parties aux négociations.

Dans son intervention devant le Congrès, le Premier ministre israélien a affirmé que l’accord avec Téhéran ne ferait que doter l’Iran des capacités nécessaires pour créer des armes nucléaires.

«Cet accord ne changera pas l’Iran pour le mieux ; il va seulement changer le Moyen-Orient pour le pire», a déclaré Benyamin Netanyahou, avant d’ajouter : «l’accord qui a pour but d’empêcher la prolifération nucléaire, va au contraire déclencher une course aux armements nucléaires dans la partie la plus dangereuse du monde». «C’est un mauvais accord», a-t-il poursuivi et «Nous nous porterions mieux sans lui».

 a déclaré qu’il n’y avait «pas encore d’accord» avec l’Iran, bien qu’il ait indiqué que les Etats-Unis et les puissances mondiales avaient poussé Téhéran à revoir son programme nucléaire.

«Il est possible que l’Iran ne puisse pas accepter un bon accord. J’ai plusieurs fois répété que je préfèrerais pas d’accord du tout à un mauvais accord. Mais si les négociations sont réussies, ce sera alors, le meilleur accord possible pour empêcher l’Iran d’obtenir des armes nucléaires. Et rien d’autre ne s’en approche».

Obama a affirmé que son administration restait «concentrée sur la question principale», notamment sur les moyens d’empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires.

Le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest, a déclaré mardi qu’il y avait plusieurs raisons pour ne pas faire confiance à l’Iran sur son programme nucléaire et, donc, chaque accord conclu entre les Etats-Unis et l’Iran inclurait «un régime d’inspections approfondies et rigoureuses» pour être sûr que l’Iran respecte ses obligations.

«La liste d’inquiétudes concernant  est longue», a ajouté le porte-parole, mais les alternatives proposées par Benyamin Netanyahou ne «permettent pas de déboucher sur un accord», comme l’administration Obama l’a montré. Josh Earnest a encore affirmé que la stratégie d’Obama était le meilleur moyen de dissiper les préoccupations de la communauté internationale sur cet accord.

«Ce que nous savons est c’est qu’il est important que l’Iran» ne dispose pas d’armes nucléaires, a poursuivi l’intéressé.

L’administration Obama veut maintenir un climat non politisé autour des négociations sur le dossier du nucléaire iranien, a expliqué le porte-parole et c’est en partie pour cette raison qu’Obama a refusé de rencontrer Benyamin Netanyahou cette semaine à Washington.

En savoir plus : Netanyahou à l’AIPAC : les relations américano-israéliennes sont plus fortes que jamais

Barack Obama, qui a lu la transcription de son discours, s’est entretenu par téléconférence avec ses alliés européens à propos du conflit ukrainien au moment où le Premier ministre israélien s’adressait au Congrès, a encore précisé le porte-parole.

Selon l'Agence de presse de la République islamique(IRNA), Téhéran a estimé que l’intervention de Benyamin Netanyahou avait été «ennuyeuse et pleine de répétitions».

Téhéran a également réaffirmé que le développement de son programme nucléaires répondait à des besoins civils et non pas militaires. Le programme nucléaire iranien respecte le cadre légal fixé par le Traité sur la non-prolifération nucléaire qu’Israël n’a pas signé, c’est d’ailleurs l’un des rares membres des Nations unies à ne pas l’avoir fait.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales