Netanyahou à l’AIPAC : les relations américano-israéliennes sont plus fortes que jamais

Capture d'écran d'une vidéo de RTSource: RT
Capture d'écran d'une vidéo de RT

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a répété aux participants à la conférence du Comité américain pour les Affaires publiques israéliennes (AIPAC) qu’Israël et les Etats-Unis sont «comme une famille» et que «l’alliance est forte».

«Vous êtes ici pour dire au monde que les informations parlant de la mort des relations israélo-américaines ne sont pas seulement prématurées, elles sont simplement fausses», a déclaré le Premier ministre israélien lundi à Washington avant d’ajouter : «Vous êtes ici pour dire au monde que notre alliance est plus forte que jamais».

Ces mots du Premier ministre israélien ont été prononcés à la veille de son discours controversé devant le Congrès américain et dans lequel il s’élèvera contre les négociations sur le programme nucléaire iranien. Lundi, il a légèrement abordé le sujet de , qualifiant ce pays de «premier Etat sponsor du terrorisme dans le monde» et souligné que l’Iran ne devrait jamais obtenir d’armes nucléaires.

Benyamin Netanyahou a balayé toutes les critiques concernant le discours qu’il doit prononcer devant le Congrès en remerciant à la fois les membres des partis Démocrate et Républicain pour le soutien constant qu’ils apportent à Israël.

Ces partisans d’Israël au Congrès méritent une «reconnaissance sans limites» de l’Etat hébreu a confié Benyamin Netanyahou. Le Premier ministre a reconnu que, dans le discours qu’il doit prononcer aujourd’hui devant le Congrès, il n’allait pas attaquer le président , un homme pour qui il avoue avoir beaucoup de respect. «Les présidents démocrates et républicains ont travaillé ensemble» pour soutenir Israël en lui octroyant des fonds vitaux pour sa défense et en lui fournissant des opportunités commerciales, a-t-il dit.

Israël doit toujours rester une question bipartisane, a-t-il ajouté. «Le travail conjoint a rendu Israël plus fort. Le travail conjoint a rendu notre coopération plus forte», a déclaré le Premier ministre israélien, dans ce qu’on peut considérer comme une reconnaissance pour le travail effectué par l’AIPAC ces dernières décennies.

Les opinions sur Netanyahou sont généralement positives parmi les Américains. Selon un nouveau sondage Gallup, 45% des Américains interrogés était favorables à Netanyahou contre 24% d’opinions contraires. 60% des Républicains sont positifs à l’égard du Premier ministre israélien, ainsi que 45% des indépendants et 31% des Démocrates.

Une autre enquête d’opinion du Wall Street Journal/NBC News a montré que 48% des personnes interrogées estimaient que les Républicains du Capitole n’auraient pas dû inviter Netanyahou à intervenir pendant une session conjointe du Congrès sans en informer d’abord le président Obama.

Le Premier ministre israélien a déclaré qu’il croyait que les dirigeants des deux partis du Congrès l’avaient invité mais il s’est avéré qu’aucun démocrate n’avait été consulté sur cette question. Certains d’entre eux ont affirmé qu’ils boycotteraient le discours de Benyamin Netanyahou, dont les pionniers des droits de l’homme le député John Lewis et le sénateur Patrick Leahy qui ont déjà qualifié ce discours de «coup sordide et injuste». Nombreux sont ceux qui estiment en outre que ce discours n’est rien d’autre qu’un tribune pour la campagne électorale du Premier ministre israélien qui cherche à être réélu le 17 mars prochain.

Le président Obama a refusé de rencontrer le Premier ministre israélien pendant sa visite, alors que le vice-président Joe Biden et le secrétaire d’Etat  sont à l’étranger.

Les Etats-Unis et Israël étaient en désaccord sur le programme nucléaire iranien : Washington cherche à autoriser certaines activités en lien avec le nucléaire tandis que Tel Aviv s’oppose à l’intégralité du programme nucléaire de Téhéran.

En savoir plus : Netanyahou attise les tensions pour faire échouer un accord nucléaire entre les Etats-Unis et l’Iran

La semaine dernière, Benyamin Netanyahou a été critiqué par l’ambassadrice américaine auprès des Nations Unies, Samantha Power, et la conseillère à la sécurité nationale des Etats-Unis, Susan Rice. Elles ont toutes deux dénoncé sa décision de prendre la parole devant le Congrès sans l’autorisation officielle de l’administration présidentielle.

Susan Rice estime même que le message de Netanyahou est «destructeur pour les liens américano-israéliens».

John Kerry a quant à lui mis en garde contre une discussion publique alors que des négociations sur le nucléaire sont en cours entre les Etats-Unis et l’Iran au sein du groupe 5+1. Cela pourrait nuire au processus qui essaie d’empêcher Téhéran de développer l’arme nucléaire.

«Nous sommes préoccupés par des informations qui indiquent que des détails sélectifs des négociations en cours pourraient être révélés dans les prochains jours», a déclaré John Kerry hier à Genève. «Je veux le dire clairement : il sera plus difficile d’atteindre l’objectif qu’Israël et d’autres disent partager pour conclure un bon accord. La sécurité israélienne est notre priorité absolue, ainsi que la sécurité des autres pays de la région, de même que notre sécurité aux Etats-Unis».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales