Les Emirats arabes unis servent-ils d’intermédiaires dans la livraison d’armes à l’Ukraine ?

Le 24 février, Petro Porochenko a conclu un accord avec les Emirats arabes unis pour des livraisons d’armes à Kiev. Selon l’officier britannique à la retraite Charles Shoebridge, d’autres parties pourraient être impliquées dans cette affaire.

En dépit des efforts internationaux pour parvenir à faire cesser les combats en Ukraine, Kiev cherche à s’assurer des livraisons d’armes. Après quelques tentatives infructueuses d’en obtenir auprès des , Kiev a conclu un accord avec les Emirats arabes unis. Le président ukrainien Petro Porochenko a souligné que ces armes étaient destinées à un usage défensif.

«Ce sont des tirs de contre-batterie, des moyens de communication et d’autres équipements qui aideront à protéger la souveraineté et l’intégrité territoriale de notre pays», a fait remarquer Petro Porochenko.

Cependant, l’expert en matière de sécurité Charles Shoebridge estime que cet équipement peut aussi être utilisé pour des opérations offensives.

«La majorité des armes de ce type sont faites pour des buts militaires, à vocation défensive ou offensive. Cette nouvelle aide va soulever des interrogations. Quelles sont ces armes et d’où viennent-elles, des Emirats qui ont eux-mêmes une petite industrie de défense où seront-elles livrées via les Emirats, par exemple depuis le Royaume-Uni, la France et les Etats-Unis, une façon peut-être pour les Etats-Unis et le Royaume Uni de livrer des armes à l’Ukraine qui serait beaucoup moins évidente. Je répète, il y a beaucoup d’inconnues sur cet accord : de quelle ampleur est-il ? Qui paie ? Et aussi quelles sont les armes concernées. Mais ce ne sera pas avant de connaître tous ces détails qu’il sera possible de déterminer son importance, au-delà de son importance symbolique que l’Ukraine va utiliser», a expliqué l’expert dans une interview à RT.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales