L’ONU annonce la mort de 800 migrants dans le naufrage du 19 avril près de la Libye

Les gardes-côtes italiens emportent le corps d'un immigré mort Source: Reuters
Les gardes-côtes italiens emportent le corps d'un immigré mort

Selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés, plus de 800 personnes sont mortes après le naufrage d’un bateau transportant des migrants qui cherchaient à quitter l’Afrique du Nord par la Libye.

«Nous sommes en mesure de confirmer que 800 personnes sont mortes», a déclaré Carlotta Sami, porte-parole du Haut-Commissariat en Italie, une confirmation intervenue au termes des interrogatoires des 27 survivants.

«Il y avait un peu plus de 800 personnes à bord, dont des enfants âgés de 10 à 12 ans. Il y avait des Syriens, des Somaliens, près de 150 Erythréens… Ils ont quitté Tripoli à environ 8h00 samedi», a précisé Carlotta Sami.

En savoir plus : Naufrage d’un bateau rempli d’immigrés près de la Libye

Les survivants, qui espéraient pouvoir atteindre l’Europe, ont expliqué que la panique avait envahi le chalutier à bord duquel ils se trouvaient, après qu’un bateau portugais s’en soit approché. Le chalutier a ensuite chaviré et la plupart de ses passagers se sont noyés.

Abayomi Azikiwe, rédacteur de l'Agence panafricaine d'information, a déploré sur RT les conditions que les migrants doivent endurer sur des «navires instables et impropres à la navigation».

Une grande partie de ces personnes sont enfermées dans les cales des bateaux et ne peuvent pas se déplacer ni obtenir de l’aide des navires de plus grande taille qui naviguent en Méditerranée», a-t-il ajouté.

Les immigrés survivants sur le bateaux des gardes-côtes Source: Reuters
Les immigrés survivants sur le bateaux des gardes-côtes

Les garde-côtes italiens ont pour le moment confirmé que seuls 24 corps avaient été repêchés.

Les survivants ont été transportés dans des centres de surveillance, alors qu’au moins deux d’entre eux, un tunisien et un syrien soupçonnés d’être des membres d’un groupe de contrebande qui a organisé ce voyage, ont été arrêtés. Un autre survivant a été transporté dans un hôpital de Sicile.

L’Union européenne (UE) fait face à la pression croissante des organisations de protection des droits de l’homme pour son approche de la crise des migrants en Méditerranée. Les activistes appellent les Etats membres à agir immédiatement et les pays qui ont participé à la campagne militaire, qui a provoqué la chute du président libyen Mouammar Kadhafi, à assumer la responsabilité de leurs actes.

En savoir plus : L’Europe doit assumer sa part de responsabilités dans le chaos du Moyen-Orient

Selon Abayomi Azikiwe, près de deux millions de personnes ont été déplacées après «la campagne de déstabilisation et le changement de régime en Libye». 

Un sommet extraordinaire des dirigeants des pays membres de l’UE est prévu jeudi à Bruxelles pour discuter de la réponse que l’Union tout entière doit apporter à cet afflux de migrants. La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a souligné lundi que «l’UE n’a plus d’excuses, les Etats membres n’ont plus d’excuses», en ce qui concerne le sort des migrants venant d’Afrique.

En savoir plus : Point de presse de Federica Mogherini

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales