Centristes et nationalistes pourraient former le nouveau gouvernement finlandais

Les élections législatives en Finlande© Mikko Stig Source: Reuters
Les élections législatives en Finlande

Dimanche 19 avril, la Finlande doit élire son nouveau parlement et choisir 200 députés qui nommeront le gouvernement pour une durée de quatre ans. Selon les sondages, le parti du centre et la droite nationaliste sont les grands favoris.

Les résidents des 13 arrondissements électoraux finlandais ont commencé à se rendre aux urnes le 19 avril. Les bureaux de vote ont ouvert à 9 heures (heure locale) et doivent fermer à 20 heures (heure locale) ce soir. En même temps, les premières estimations des résultats seront annoncées alors que les résultats définitifs seront publiés le 22 avril.

Selon les sondages, auxquels 31,9% de population finlandaise ont pris part, le parti nationaliste Vrais Finlandais pourrait se frayer un chemin jusqu’au nouveau gouvernement. Sur la base des estimation recueillies auprès de la population, ils pourraient arriver en deuxième position de ces législatives, battus seulement par le parti le plus populaire de Finlande, le Parti du centre, dont le chef, Juha Sipilä, a déjà déclaré que s’il était nommé premier ministre, il formerait une coalition gouvernementale avec le parti Vrais Finlandais.

Le parti Vrais Finlandais possède des valeurs patriotiques mais pas «européennes». Il s’oppose à l’immigration, au mariage pour tous, à l’homosexualité, à l’avortement et aux femmes-pasteurs, soit à beaucoup de thématiques qui ont été validées par la plupart des pays de l’Union durant ces dernières années.

Les membres du parti nationaliste sont fortement hostiles à l’intégration européenne et au fédéralisme. Ils voudraient même faire sortir la Finlande de l’UE, surnommée la «camisole de force».

«Notre but est de renégocier l'adhésion de la Finlande à l'UE et de réformer considérablement cette Union afin qu'elle serve les citoyens européens au mieux», a déclaré Timo Soini, le patron du parti Vrais finlandais. Ce dernier s’oppose notamment au sauvetage de l’économie grecque. «La Grèce devrait sortir de l'euro et dévaluer la drachme, pour pouvoir remettre son économie sur pied et peut-être ré-adhérer plus tard», a expliqué le chef des Vrais Finlandais.

Timo Soiniprétend à trois postes – Premier ministre, ministre des Finances et ministre des Affaires étrangères – qui dépendent du score que son parti réalisera aujourd’hui et des négociations avec les autres partis qui siègeront au gouvernement. A l’heure actuelle, Vrais Finlandais détient 39 des 200 sièges du parlement national mais l’on s’attend cette année à ce qu’il progresse.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales