Jacob Zuma annule sa visite en Indonésie suite aux violences xénophobes qui ne cessent pas

Des étrangers déplacés par les violence xénophobes Source: Reuters
Des étrangers déplacés par les violence xénophobes

Suite à une vague de violences à l’encontre des étrangers qui fait rage depuis deux semaines en Afrique du sud, Jacob Zuma a annulé son voyage dans la ville indonésienne de Bandung pour le 60ème anniversaire du sommet des Non-Alignés.

Des violences à caractère xénophobe ont débuté à Durban il y a plus de deux semaines et se poursuivent jusqu’à maintenant. Une nouvelle manifestation contre les immigrés a commencé à Johannesburg vendredi dans la banlieue de Jeppestown. Des habitants ont été vus brandissant des haches et autres armes traditionnelles contre les étrangers.

Au cours de la manifestation plusieurs boutiques de Johannesburg appartenant à des non-autochtones ont été pillées et incendiées, des voitures vandalisées.

«Plus de 30 personnes ont été arrêtées la nuit dernière et seront poursuivies pour violences publiques, vol, effraction et destruction volontaire» a précisé le porte-parole de la police provinciale, Lungelo Dlamini.

Plusieurs migrants craignant pour leur vie se sont sauvés vers les camps de réfugiés. Dans ces camps entourés de barbelés, les étrangers ont reçu de la nourriture et un abri. Un volontaire du camp craint que cette vague d’attaque xénophobes prenne l’ampleur d’incidents similaires ayant eu lieu en 2008 et fait 62 morts.

Pour éviter le même bain de sang, Jacob Zuma a annulé sa visite en Indonésie afin de «s'occuper des affaires intérieures liées aux violences contre les étrangers», a indiqué la présidence. Les étrangers, à leur tour, espèrent que des mesures urgentes contre la xénophobie vont rapidement être prises par les autorités. En trois semaines ces manifestations contre les immigrés ont déjà fait au moins 6 morts.

En savoir plus : Nouvelles violences xénophobes en Afrique du sud, le président Jacob Zuma appelle au calme

Des milliers d’étrangers ont afflué ces dernières années en Afrique du Sud, attirés par le niveau de vie et le taux de croissance élevé du pays, fuyant les conflits, venant principalement du Zimbabwe, du Mozambique  et de la République démocratique du Congo.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales