Yémen : Les forces de la coalition arabe ont repris le bombardement de la capitale yéménite

Les forces de l’Arabie saoudite et de neuf autres pays ont lancé une opération militaire «Tempête décisive» au Yémen contre les rebelles houthis, a dit l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis. L’opération a commencé par des frappes aériennes.

Selon l’ambassadeur Adel bin Ahmed Al-Jubeir, l’opération militaire au Yémen a commencé à 23 heures GMT. Les  ne participent pas à l’opération, a souligné le diplomate.

La chaîne d'information saoudienne Al Arabiya signale que des avions de combat de l'Aviation royale d'Arabie saoudite avaient précédemment effectué des frappes aériennes contre des positions des houthis au Yémen, ayant pris pour cible leurs défenses aériennes .

La coalition menée par l’Arabie saoudite a déclaré «zone d’accès restreint» l’espace aérien du Yémen. Dans la région, les bateaux ont été appelés de ne pas s’approcher des ports yéménites à cause de l’opération militaire en cours.

Selon certaines informations sur le terrain, les forces saoudiennes avaient bombardé un bureau des rebelles houthis dans le quartier Jiraf à Sanaa. Neuf pays sont engagés dans l’opération : l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabes unis, le Koweït, le Qatar, , le Maroc, la Jordanie et le Soudan. Le Pakistan réfléchit à rejoindre la coalition.

La chaîné de télévision des houthis a signalé que les frappes aériennes dans le Nord de Sanaa avaient tué des dizaines des victimes parmi les civils.

En savoir plus : Yémen : le raid saoudien a fait 18 morts et 24 blessés

Selon l'agence Reuters, les avions de combat ont pris pour cible l’aéroport de la capitale et les rebelles houthis ripostent avec des tirs antiaériens très intenses.

D'autres frappes aériennes auraient été effectuées contre la base militaire aérienne Dulaimi à Saana. La présence de bombardiers n'a cependant pas encore été confirmée.

Les rebelles houthis ont commencé mercredi une offensive sur la ville d’Aden où se trouve le gouvernement en exil et ont pris le contrôle de la base aérienne Al-Anad.

Des informations font état de la fuite du président du Yémen Abd Rabbo Mansour Hadi pour une destination inconnue. Il se serait dirigé à Oman, mais serait refusé d'entrée, selon des sources à la frontière du Yémen.

Alors que mardi, ce dernier avait exhorté le Conseil de sécurité de  à adopter une résolution contraignante pour éviter l’offensive houthiste sur Aden. Le Conseil n’avait fait que lui réitérer son soutien.

Le gouvernement du Yémen a appelé à l’aide la Ligue arabe qui, hier, lors d’une réunion d’urgence, a décidé d’intervenir au Yémen pour faire reculer les rebelles chiites houthis.

En août 2014, les Houthistes ont exigé des réformes économiques et politiques. En septembre, ils ont pris le contrôle des positions clés de l’Etat à Sanaa.

Quand les Houtistes se sont emparés de Sanaa le mois dernier, l’ambassade américaine a été fermée alors que deux gouvernements rivaux continuaient de se battre pour le pouvoir. Le weekend dernier, les rebelles houthis ont capturé Taiz la troisième plus grande ville du pays.

Les autorités russes s’inquiètent des événements qui secouent le Yémen et appellent toutes les parties au conflit à cesser les hostilités, lit-on dans une déclaration du ministère russe des Affaires étrangères.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales