Konstantinovka : des paramilitaires nationalistes sont arrivés pour «calmer les troubles»

Les habitants de Konstantinovka (Capture d'écran d'une vidéo de RT)
Les habitants de Konstantinovka (Capture d'écran d'une vidéo de RT)

Un représentant de manifestants à Konstantinovka dans l'est ukrainien a informé RT que les membres de Secteur droit, une organisation paramilitaire nationaliste, sont arrivés en ville pour aider à «calmer» les troubles qui ont duré toute la nuit.

Les tensions ont augmenté à Konstantinovka après que des soldats ukrainiens traversant la ville à une vitesse élevée ont perdu le contrôle de leur véhicule blindé et ont percuté une foule de piétons, fauchant une femme avec un bébé dans une poussette et causant la mort sa fille aînée.

«L’accident s’est produit dans la rue Lomonossov près de l'hôpital municipal №5. Trois piétons ont été victimes de cet accident: une petite fille de huit ans est morte sur le coup, une femme et un bébé dans une poussette ont été emmenés à l'hôpital», a déclaré le ministère de l’intérieur ukrainien lundi dans la nuit.

Les habitants locaux croient que le conducteur de ce véhicule était en état d'ébriété au moment de l’accident. Selon les médias locaux, les auteurs du crime venaient de quitter les lieux lorsque la fureur des habitants locaux a suscité des affrontements conduisant à des jets de pierres sur des véhicules militaires et de sécurité. Les autres résidents ont rapidement encerclé les casernes, d’où des coups de feu préventifs auraient été tirés.

Après cet incident, la population furieuse s’est rassemblée devant l’unité militaire stationnée dans le bâtiment de l’école pour exiger des militaires qu'ils lui remettent les responsables de l’accident, a rapporté l’agence de presse Sputnik. La foule aurait incendié l’entrée des dortoirs. La  a été autorisée à tirer à balles réelles

«Dans la soirée, près de dortoirs occupés par les forces de sécurité, des centaines d’habitants se sont rassemblés. Ils criaient: "Fascistes !" et jetaient des pierres aux fenêtres de casernes après avoir incendié deux voitures de la Garde nationale et renversé une troisième. En réponse, les forces de sécurité ont tiré quelques coups de feu en l'air», a raconté un témoin à Sputnik.

Un individu dans la foule aurait jeté un cocktail Molotov sur une fenêtre du dortoir, provoquant un incendie.

Selon le député du Front Populaire Anton Gerachtchenko, des ordres de «tirer pour tuer» ont été transmis aux forces de sécurité Konstantinovka pour arrêter ceux qui essayaient d’«inciter» à la violence.

«Si quelqu’un à Konstantinovka s’oppose par les armes aux lois des autorités ukrainiennes et utilise cet incident [sur venu lors d'un délit de fuite, ndlr] pour orchestrer des troubles massifs, nous effectuerons un tir de sommation puis nous commencerons à tirer pour tuer», a indiqué Gerachtchenko. «Personne n’est en droit de saper l’autorité du gouvernement ukrainienles armes à la mains».

Les soldats ukrainiens responsables de la tragédie se seraient enfuis de la scène en taxi. Les autorités ont ensuite annoncé que les responsables avaient été détenus.

«Les deux soldats responsables de cet accident ont été arrêtés et livrés au procureur militaire», a annoncé Vyacheslav Abroskin, chef de la police ukrainienne dans la région de .

Selon des rapports non confirmés sur les réseaux sociaux, des renforts ont été envoyés à Konstantinovka pour étouffer les troubles. Certaines personnes pensent que cela peut inclure des membres d’unités nationalistes radicales. Pendant ce temps, le ministère de l’intérieur ukrainien a annoncé qu’un groupe de travail de l'état-major des forces armées a été envoyé pour mener une enquête et a promis de punir les auteurs du crime.

Les autorités de  ont aussi déclaré qu’elles ont distingué un individu qu’elles croyaient être le seul responsable de la réaction massive à la négligence meurtirère des forces de Kiev. Le porte-parole du ministère ukrainien de l'Intérieur dans la région de Donetsk, Ilia Kiva, a promis que l’instigateur des troubles serait arrêté et traduit en justice. Le porte-parole a demandé aux habitants de Konstantinovka de rester calmes et à ne pas répondre aux incitations à la violence. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales