Un commando britannique aurait tué des dizaines d'Afghans non-armés entre 2010 et 2011

- Avec AFP

Un soldat britannique dans la province afghane de Helmand, en mars 2010 (image d'illustration).© MASSOUD HOSSAINI Source: AFP
Un soldat britannique dans la province afghane de Helmand, en mars 2010 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon une enquête de la BBC, un commando du Special Air Service (SAS) de l'armée britannique, aurait tué, entre novembre 2010 et mai 2011, au moins 54 personnes en Afghanistan dans des circonstances suspectes.

La BBC a publié ce 12 juillet une enquête selon laquelle des soldats d'un commando du SAS (forces spéciales britanniques) auraient, au début de la dernière décennie, tué  des dizaines de personnes non-armées en Afghanistan, «dans des circonstances suspectes». 

Des Afghans non armés ont été tués «de sang froid» par les SAS lors de raids nocturnes entre novembre 2010 et mai 2011 et des armes auraient régulièrement été disposées sur les cadavres en question pour justifier ces crimes, rapporte la chaîne britannique à l'issue d'une enquête de quatre ans. Revenant sur les circonstances de plusieurs raids effectués sur la période, la BBC a constaté qu'en six mois, «aucune blessure parmi les agents du SAS» n'a été signalée dans tous les raids qu'elle a examinés.

54 personnes auraient été tuées par balles dans des circonstances suspectes

«Plusieurs personnes qui ont servi dans les forces spéciales ont déclaré que les escadrons SAS se faisaient concurrence pour obtenir le plus de victimes»,  rapporte encore la BBC selon qui de hauts responsables de l'armée britannique, dont le général Mark Carleton-Smith, qui dirigeait les forces spéciales à l'époque, étaient au courant des inquiétudes que suscitaient ces opérations au sein des SAS mais n'en ont pas informé la police militaire.

L'enquête de la BBC a identifié 54 personnes tuées par balles dans des circonstances suspectes par une unité de SAS entre novembre 2010 et mai 2011 dans la province de Helmand. «Trop de gens étaient tués lors de raids nocturnes et les explications n'avaient pas de sens. Quand quelqu'un est détenu, il ne doit pas finir tué. [...] C'était clair à l'époque que quelque chose n'allait pas», a par exemple réagi un responsable militaire auprès de la BBC.

Le secrétaire d'Etat à la Défense a affirmé qu'il manquait de preuve pour entamer des poursuites. «Aucune nouvelle preuve n'a été présentée, mais la police étudiera toute allégation si de nouvelles preuves sont mises en lumière», a fait savoir le gouvernement. Plusieurs avertissements sont remontés, selon la BBC, mais le commando a été autorisé à finir sa mission et a même été déployé pour une autre mission en 2012.

En 2014, la Royal Military Police (RMP) a lancé une enquête sur plus de 600 infractions présumées commises par les forces britanniques en Afghanistan, dont les SAS. Des enquêteurs ont affirmé à la BBC qu'ils avaient été «entravés» par l'armée et l'enquête a pris fin en 2019.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix