L’entrée de l’Ukraine dans l'UE «ne doit pas durer des années», plaide Volodymyr Zelensky

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky tient une conférence de presse avec les chefs d'État français, allemand et roumain, au palais Mariinsky à Kiev, le 16 juin 2022© Ludovic MARIN Source: AFP
Volodymyr Zelensky a affirmé le 1er juillet 2022 que l'Ukraine ne pouvait attendre «des années» pour entrer pleinement dans l'Union européenne (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le président ukrainien a fait part de son impatience quant à l’adhésion pleine et entière de l’Ukraine à l’UE, estimant que Kiev devait s’empresser de remplir les critères européens pour que Bruxelles accède rapidement à sa demande d’adhésion.

L’Ukraine ne veut pas entrer dans l’UE «dans plusieurs années ou décennies», a fait savoir Volodymyr Zelensky sur son fil Telegram, cité par l’agence italienne Adnkronos le 1er juillet. Réagissant à l’adresse d’Ursula von der Leyen aux députés ukrainiens, le chef d’Etat a estimé que Kiev devait satisfaire aux critères européens «de façon parfaite», alors que plusieurs responsables européens ont fait état d'un certain scepticisme quant à une intégration accélérée de l'Ukraine dans l'UE.

«Aujourd’hui, avec le président de la Verkhovna Rada [le Parlement ukrainien] et le Premier ministre, nous avons signé une déclaration conjointe comme signal d’unité de toutes les branches du gouvernement pour souligner notre détermination d’atteindre l’objectif stratégique de faire de l’Ukraine pleinement un membre de l’UE», a affirmé Volodymyr Zelensky. Pour rappel, la demande d’adhésion de l’Ukraine à l’UE avait été signée le cinquième jour suivant le début de l’opération militaire spéciale lancée par la Russie le 24 février.

«Cela fait 115 jours que nous sommes candidats. Et notre parcours vers l’entrée dans l’UE ne doit pas durer des années ou des décennies. Nous devons parcourir cette route en vitesse. Faire notre part du travail de façon parfaite, de façon à permettre à nos amis de l’Union européenne de prendre une autre décision historique pour nous», a renchéri le président ukrainien.

Le 1er juillet également, la présidente de la Commission européenne avait pressé Kiev de se doter d’un arsenal législatif pour lutter contre la corruption dans le pays, indiquant clairement que «le chemin à parcourir sera long» pour adhérer pleinement à l’Union. Elle a toutefois assuré l’Ukraine du soutien des Vingt-Sept.

Une semaine plus tôt, l’Ukraine s'était vue attribuer le statut officiel de candidat à l’Union européenne, en compagnie de la Moldavie. En avril, l’AFP relevait que plusieurs pays européens – comme la Belgique, l'Espagne, l'Italie et les Pays-Bas – se montraient «réservés» quant à une future inclusion de l'Ukraine. La possibilité d'accélérer la procédure d'adhésion de Kiev a par ailleurs créé de fortes divergences. L’Allemagne, par la voix de son chancelier Olaf Scholz, s’était montrée défavorable à l’octroi d’un «raccourci» à l’Ukraine en vue d’une adhésion à l’UE qui, d’après lui, n’est pas «une affaire de quelques mois ou quelques années». En France, le ministre délégué aux Affaires européennes Clément Beaune avait lui jugé que l'entrée de l'Ukraine dans l'UE prendrait «sans doute 15 ou 20 ans».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix