Après la décision de la Cour suprême, des Etats américains s'engagent à interdire l'avortement

- Avec AFP

Des manifestants en faveur de l'IVG© Jacquelyn Martin Source: AP
Des manifestants en faveur de l'IVG, devant la Cour suprême à Washington, le 24 juin (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La Cour suprême a rendu la liberté aux 50 Etats américains d'interdire l'avortement sur leur sol. Une poignée d'Etats, dont l'Indiana, le Dakota du Sud et le Missouri, en ont profité pour annoncer qu'ils bannissaient les interruptions de grossesse.

Le 24 juin, la Cour suprême des Etats-Unis a enterré un arrêt qui, depuis près d'un demi-siècle, garantissait le droit à avorter au niveau national.

Dans la foulée, plusieurs Etats américains ont déjà annoncé prendre des mesures pour interdire les interruptions volontaires de grossesse (IVG) sur leur territoire. Le procureur général du Missouri a ainsi annoncé que cet Etat du centre des Etats-Unis devenait le «premier» à interdire l'IVG. 

«C'est un jour monumental pour le caractère sacré de la vie», a déclaré Eric Schmitt dans un tweet accompagné d'une image le montrant en train de ratifier le texte censé mettre «véritablement» à l'avortement dans le Missouri – Etat qui ne disposait plus que d'une clinique permettant une telle opération.

Le gouverneur républicain du Dakota du Sud, Kristi Noem, a pour sa part annoncé que l'avortement était désormais illégal dans cet Etat du nord des Etats-Unis, en vertu d'une loi dite «zombie» ou «gâchette» qui avait été rédigée à l'avance, pour entrer en vigueur automatiquement en cas de changement de jurisprudence à la Cour suprême. «La loi gâchette du Dakota du Sud [...] spécifie qu'à partir d'aujourd'hui, tous les avortements sont illégaux dans le Dakota du Sud "à moins qu'un jugement médical raisonnable et approprié stipule qu'un avortement est nécessaire pour préserver la vie de la femme enceinte"», précise le communiqué.

Kristi Noem a également annoncé dans un communiqué la tenue d'une session spéciale de la législature de l'Etat «plus tard dans l'année [...] pour sauver des vies et aider les mères touchées par la décision» de la Cour suprême.

Peu après, le gouverneur républicain de l'Indiana a annoncé convoquer la législature de cet autre Etat du nord des Etats-Unis pour prononcer au plus vite l'interdiction de l'avortement. «La décision de la Cour suprême est claire, et il revient maintenant aux Etats de s'attaquer à cette question importante. Nous le ferons dans les meilleurs délais en Indiana», a déclaré sur Twitter le gouverneur Eric Holcomb, précisant avoir convoqué l'assemblée générale de l'Etat pour le 6 juillet.

«Nous avons l'opportunité de faire des progrès en protégeant le caractère sacré de la vie, et c'est exactement ce que nous allons faire», a également déclaré Eric Holcomb.

Alors que les cliniques du Missouri, Dakota du Sud ou encore de Géorgie fermaient leurs portes les unes après les autres, des Etats démocrates, comme la Californie ou New York, se sont engagés à défendre l'accès aux IVG sur leur sol.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix