Lavrov : tournée vers l'Asie, la Russie réfléchira «sérieusement» avant de coopérer avec l'Occident

Lavrov : tournée vers l'Asie, la Russie réfléchira «sérieusement» avant de coopérer avec l'Occident© Yuri KADOBNOV / POOL Source: AFP
Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.
Suivez RT France surTelegram

«Un défi», mais «une opportunité» : le chef de la diplomatie russe a expliqué que la Russie voyait désormais son avenir s'inscrire vers l'Asie, où elle est en train de créer des partenariats durables pour sortir de sa dépendance de l'Occident.

La tectonique des plaques géopolitiques est-elle irrémédiablement en marche ? C'est fort possible, à en croire le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, selon qui même si les pays occidentaux envisageaient de relancer leurs relations avec la Russie, Moscou y réfléchirait «sérieusement» et se poserait la question suivante : «En avons-nous besoin ou non ?»

Interrogé à Moscou le 23 mai dans le cadre du projet «100 questions au leader», le ministre russe des Affaires étrangères a ainsi expliqué que la Russie était «actuellement en train de créer quelque chose qui est bien plus qu’une substitution des importations», soulignant que le virage économique de Moscou vers l'Asie s'inscrivait dans la durée. «Nous devons cesser de dépendre de l'approvisionnement de quoi que ce soit en provenance de l'Occident pour assurer le développement des industries critiques pour la sécurité, l'économie et le secteur social de notre Patrie. Nous ne compterons que sur nous-mêmes et sur les pays qui ont prouvé leur fiabilité et qui ne "dansent pas sur l'air de quelqu'un d'autre"», a-t-il déclaré.

«Il se trouve que l'Eurasie est en train de devenir la région la plus prometteuse du monde. Il nous faut nous occuper de son développement, non pas en utilisant les instruments d'autres comme le dollar, le système de messagerie financière SWIFT, mais en créant nos propres instruments. Ce n'est pas si difficile à faire», a poursuivi le haut diplomate, précisant que la Russie augmentait déjà de manière significative la part d'échanges commerciaux réalisés dans les monnaies nationales de ses partenaires, que ce soit la Chine, l'Inde, l'Iran ou encore dans le cadre de l'Union économique eurasiatique.

«Oui, c'est un défi. Il faut s'impliquer beaucoup plus activement dans le développement de notre pays. Mais c'est à la fois un énorme avantage et une opportunité», a insisté Sergueï Lavrov. Le diplomate n'a toutefois pas définitivement fermé la porte aux occidentaux, bien que l'interstice d'un partenariat semble de plus en plus étroit : «Si les pays occidentaux reviennent à la raison et nous offrent quelques formes de coopération, nous prendrons une décision.»

Du point de vue de Moscou, l'évidence à l'heure actuelle est de tisser des liens forts avec Pékin : «Maintenant que l'Occident prend la position du dictateur, nos liens économiques avec la Chine se développeront encore plus rapidement. En plus des revenus directs dans le budget de l'Etat, cela nous donne la possibilité de mettre en œuvre les projets du développement de l'Extrême-Orient et de la Sibérie orientale.» Pour le ministre russe des Affaires étrangères, il s'agit d'une opportunité pour la Russie de réaliser son potentiel«dans le domaine des hautes technologies, y compris dans l'énergie nucléaire, mais aussi dans un certain nombre d'autres domaines».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix