«Bombe nucléaire» sur l'économie hongroise : Orban furieux face au projet d'embargo de l'UE

«Bombe nucléaire» sur l'économie hongroise : Orban furieux face au projet d'embargo de l'UE© John Thys, Pool Photo via AP, File
Suivez RT France surTelegram

Le Premier ministre hongrois a accusé Bruxelles d'avoir «porté atteinte à l'unité européenne» en proposant un embargo progressif sur le pétrole russe. Budapest estime que cette mesure «détruirait complètement la sécurité énergétique» du pays.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a jugé le 6 mai que Bruxelles avait franchi «une ligne rouge» en voulant interdire les importations de pétrole russe et «porté atteinte» à l'unité européenne affichée depuis le début du conflit ukrainien.

Ils ont franchi cette ligne [...], il y a un moment où il faut dire stop

Ainsi, la présidente de la Commission Ursula von der Leyen a selon lui «volontairement ou non attaqué l'unité européenne». «J'ai dit oui aux cinq premiers paquets de sanctions, mais nous avons clairement signifié dès le début qu'il y avait une ligne rouge: l'embargo sur l'énergie. Ils ont franchi cette ligne [...], il y a un moment où il faut dire stop», a-t-il ajouté lors d'une interview à la radio hongroise.

La Hongrie bloque le projet d'embargo

«Il faut une décision unanime, tant que la question hongroise ne sera pas résolue, il n'y aura pas de oui de la Hongrie», a-t-il insisté, sans utiliser le mot «veto». «La proposition a été renvoyée à l'expéditeur, à madame la présidente [Ursula von der Leyen] pour qu'elle la retravaille, nous attendons une nouvelle proposition», a ajouté le dirigeant. L'unanimité des 27, impérative pour l'adoption de sanctions par l'UE, a été obtenue pour les cinq précédentes séries de mesures à l’encontre de Moscou.

Selon Viktor Orban, les Européens avaient acté «le droit souverain de chaque pays sur son mix énergétique», la Hongrie étant fortement dépendante du pétrole russe. «[Un embargo] équivaudrait à une bombe nucléaire larguée sur l'économie hongroise», a lancé le Premier ministre.

La dérogation prévue pour son pays jusqu'à fin 2023 par la Commission n'est à ses yeux nullement satisfaisante, «la transformation totale du système hongrois de transport et d'approvisionnement en énergie» nécessitant d'après lui «cinq ans» et s'avérant très coûteuse à mettre en œuvre. «Nous n'irons nulle part avec une exemption d'un an et demi», a-t-il tranché, précisant que Budapest pourrait accepter la proposition si le pétrole brut livré par pipelines était exclu du train de mesures.

Orban dénonce les sanctions contre le patriarche Kirill

Viktor Orban a également protesté contre l'inclusion, dans le train de sanctions, du chef de l'Eglise orthodoxe russe, le patriarche Kirill. «Nous ne permettrons pas aux dirigeants d'églises d'être mis sur une liste de sanctions», a-t-il dit.

Ursula von der Leyen a annoncé le 4 mai, devant le Parlement européen, un plan d'embargo progressif sur le pétrole russe, dans le cadre d'un sixième paquet de sanctions contre Moscou, afin de tarir le financement de l'intervention militaire en Ukraine. Elle a fixé à un horizon de six mois l'arrêt des livraisons de pétrole brut, tandis que l'arrêt des importations de produits raffinés est prévu pour la fin 2022.

Le projet de la Commission prévoit cependant une exemption pour la Hongrie et la Slovaquie, dépendants des livraisons par l'oléoduc Droujba : les deux pays sont censés pouvoir poursuivre leurs achats à la Russie en 2023. La Hongrie avait, dès le 4 mai, rejeté la proposition d'un embargo européen progressif, jugeant qu'une telle mesure «détruirait complètement la sécurité énergétique» du pays et rejetant le projet bruxellois «dans sa forme actuelle», selon le ministre des Affaires étrangères Peter Szijjarto.

D'après l'Agence internationale de l'énergie, la Hongrie a reçu en 2021 une grande partie de ses importations de pétrole brut et de produits pétroliers de la Russie. Sur un autre volet énergétique essentiel dans la crise actuelle, celui du gaz, la Hongrie avait d'ailleurs annoncé, contrairement à la Pologne et à la Bulgarie, qu’elle était prête à accepter la demande de Moscou de payer les livraisons de gaz russe en roubles. Budapest avait assuré que neuf autres Etats-membres utiliseraient un système permettant de satisfaire aux conditions fixées par Moscou tout en continuant de passer pour de «bons Européens».

Les cours du baril de brut se sont envolés sous l'effet de la présentation du projet d'embargo européen sur les importations russes, en conjonction avec la faiblesse des réserves américaines de produits pétroliers.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix