Pakistan : 62 morts dans un attentat revendiqué par Daesh contre une mosquée de Peshawar

- Avec AFP

Des personnes assistent aux prières funéraires des victimes de l'attentat suicide du 4 mars à Peshawar, au Pakistan.© Muhammas Sajjad Source: AP
Des personnes assistent aux prières funéraires des victimes de l'attentat suicide du 4 mars à Peshawar, au Pakistan.
Suivez RT France surTelegram

La police pakistanaise a fait état d'un bilan de 62 morts dont sept enfants de moins de 10 ans, après un attentat dans une mosquée de Peshawar. Cette attaque meurtrière a été revendiquée par Daesh.

Au lendemain de l'attentat-suicide revendiqué par Daesh contre une mosquée chiite de Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, la police a annoncé ce 5 mars un bilan de 62 morts. Elle a par ailleurs diffusé les images d'une caméra de vidéo-surveillance de l'attaque montrant un homme, portant un vêtement traditionnel composé d'un pantalon ample et d'une tunique longue et ample, être abattu par deux policiers alors qui pénètre dans la mosquée dans le quartier de Risaldar à Peshawar.

L'individu a activé une ceinture d'explosifs remplie de roulements à billes qui ont traversé le bâtiment bondé, quelques instants avant le début des prières du vendredi.

L'organisation Daesh a revendiqué cette attaque. «Il y a sept corps méconnaissables, dont deux pieds amputés, que nous pensons être ceux du kamikaze», a déclaré à l'AFP Muhammad Ijaz Khan, responsable de la police de Peshawar. 

«Nous essayons d'établir l'identité de l'auteur de l'attentat à partir de tests ADN», a-t-il poursuivi, expliquant que parmi les 62 victimes se trouvent sept enfants de moins de 10 ans. 

L'attaque la plus meurtrière du pays depuis 2018

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière depuis 2018, lors d'un meeting électoral à Mastung, dans la province du Baloutchistan (sud-ouest), qui avait fait 149 morts et avait également été revendiqué par Daesh.

Le responsable de la police a fait savoir que les autorités vérifiaient les données biométriques des personnes qui ont récemment traversé la frontière pakistanaise depuis l'Afghanistan, où les groupes terroristes ont déjà planifié des attaques. 

Peshawar, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière avec l'Afghanistan, a été ravagée par des attentats quasi-quotidiens pendant la première moitié des années 2010, mais la sécurité s'y était grandement améliorée ces dernières années.

Ces derniers mois, la ville avait surtout connu des attaques ciblées visant d'abord les forces de sécurité.

Les chiites au Pakistan ont par le passé été visés par le groupe Daesh. Sa branche régionale, l'Etat islamique-Khorasan (EI-K), a revendiqué de nombreuses attaques dans le pays ces dernières années, comme l'assassinat au début 2021 de dix mineurs hazaras, ethnie de confession chiite, au Baloutchistan.

En outre, le Pakistan est confronté depuis quelques mois au retour en force du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les Taliban pakistanais, galvanisés par l'arrivée au pouvoir des Taliban en août en Afghanistan.

Le TTP, un mouvement distinct de celui des nouveaux dirigeants afghans mais qui partage avec lui des racines communes, a revendiqué plusieurs attaques depuis le début de l'année.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix