La police israélienne aurait utilisé Pegasus pour espionner des personnalités à grande échelle

- Avec AFP

Bâtiment du groupe israélien NSO qui a développé le logiciel Pegasus, le 28 août 2016, à Herzliya, près de Tel-Aviv© Jack GUEZ Source: AFP
Le logiciel espion Pegasus aurait été utilisé par la police israélienne pour pirater les téléphones de diverses personnalités (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon une révélation faite le 6 février, le logiciel Pegasus aurait été utilisé pour pirater les téléphones de diverses personnalités liées à Benjamin Netanyahou, l'ex-Premier ministre israélien. Naftali Benett a assuré qu'il apporterait une réponse.

La police israélienne aurait piraté à grande échelle les téléphones de personnalités publiques, de journalistes et de membres de l'entourage de l'ancien Premier ministre Benjamin Netanyahou grâce au logiciel Pegasus, selon de nouvelles révélations publiées le 7 février par un journal israélien.

Après de premières révélations du quotidien économique Calcalist ayant poussé la justice à ouvrir une enquête le 20 janvier, la police avait reconnu la semaine dernière avoir utilisé des technologies d'espionnage informatique «sans mandat», sans toutefois nommer le logiciel Pegasus de la société israélienne NSO. Le 7 février, le quotidien Calcalist affirme que l'usage du programme Pegasus serait devenu courant pour recueillir des renseignements et qu'il a notamment été utilisé, sans autorisation judiciaire, contre Avner Netanyahou, un des fils de l'ancien Premier ministre, des conseillers médiatiques de ce dernier, des journalistes de premier plan et des maires.

«Des directeurs de cabinet de ministères, aux journalistes et aux hommes d'affaires : l'infection de masse à Pegasus a atteint tout le monde, des militants pour les droits des handicapés et des Ethiopiens, aux cadres de grandes entreprises, aux maires et aux proches du Premier ministre», d'après le quotidien.

«A l'aune des récentes publications», le commandant de la police israélienne Yaakov Shabtaï a indiqué dans un communiqué avoir demandé au ministre de la Sécurité publique, Omer Bar-Lev, la création d'une enquête externe et indépendante afin de «restaurer la confiance du public [et] réguler l'usage de la technologie par la police».

La semaine dernière, d'autres médias israéliens ont affirmé que la police était soupçonnée d'avoir piraté le téléphone d'un témoin clef dans le procès de Benjamin Netanyahou.

Naftali Benett promet une «réponse», le groupe NSO n'a pas confirmé ou infirmé les faits

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a promis le 7 février une «réponse» à la suite de nouvelles révélations sur le piratage à grande échelle par la police israélienne des téléphones de personnalités publiques et de journalistes grâce au logiciel Pegasus.

«Nous ne laisserons pas cela sans réponse. Les faits présumés sont très graves», a-t-il déclaré dans un communiqué, estimant toutefois que le logiciel Pegasus était un outil «important dans la lutte contre le terrorisme». «Mais [ces outils d'espionnage] ne sont pas destinés à être utilisés pour des campagnes de hameçonnage contre le public israélien ou des responsables, c'est pourquoi nous devons comprendre exactement ce qu'il s'est passé», a-t-il ajouté.

Le groupe israélien de cybersécurité NSO, propriétaire de Pegasus, n'a ni démenti ni confirmé la vente du logiciel à la police, soulignant qu'il n'était «en aucun cas impliqué dans le fonctionnement du système une fois vendu à des clients gouvernementaux». NSO s'est retrouvé exposé en 2021 après des enquêtes publiées par un consortium de 17 médias internationaux affirmant que son logiciel avait permis d'espionner les téléphones de journalistes, d'hommes politiques parmi lesquels des chefs d'Etat, des militants et des chefs d'entreprises dans différents pays.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix