Après l'Ukraine, les familles du personnel américain reçoivent l'ordre de quitter la Biélorussie

Une femme passe devant le mur de l'ambassade des Etats-Unis à Minsk© STR/AP
Une femme passe devant le mur de l'ambassade des Etats-Unis à Minsk, en 2008 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le département d'Etat a ordonné le départ des familles des employés américains présents dans le pays en raison d'une activité militaire russe qualifiée d'«inhabituelle» et d'«inquiétante». Les voyages vers la Biélorussie sont fortement déconseillés.

«Alerte de niveau 4 : ne voyagez pas». Dans un communiqué publié le 31 janvier, le département d'Etat américain a ordonné le départ des membres des familles des employés du gouvernement américain présents en Biélorussie, et fortement déconseillé tout voyage vers le pays, frontalier de l'Ukraine. Le département d'Etat énumère une série de risques pour les citoyens américains, dont «l'application arbitraire des lois, le risque de détention», mais surtout une «inhabituelle et inquiétante présence militaire russe» le long de la frontière entre la Biélorussie et l'Ukraine.

«La situation est imprévisible et la tension très élevée dans la région», poursuit le communiqué, ce qui conduit les autorités américaines à déconseiller fortement tout voyage dans le pays, également en raison d'un «haut niveau» de contaminations au Covid-19. La décision est calquée sur celle qui a été prise le 23 janvier à propos du personnel américain présent en Ukraine, invité à quitter le pays en raison de la «menace persistante d'une action militaire russe», et qui avait suscité une certaine confusion dans le camp occidental. Enfin, le département d'Etat conseille aux citoyens américains présents en Biélorussie d'éviter toute participation à des manifestations publiques et de «réévaluer régulièrement» leurs plans de départ «en cas d'urgence».

Le 31 janvier, lors d'un échange véhément entre Washington et Moscou sur le dossier ukrainien au Conseil de sécurité de l'ONU, les Etats-Unis ont accusé la Russie de vouloir en outre déployer «plus de 30 000 militaires» en Biélorussie d'ici début février. Le représentant permanent de la Russie aux Nations unies, Vassily Nebenzia, et son homologue biélorusse, Valentin Rybakov, ont souligné qu'il s'agissait d'«exercices militaires conjoints» dans le cadre d'entraînements réguliers associant les armées des deux pays. Le 28 janvier, le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait quant à lui évoqué, lors d'un discours télévisé, l'éventualité d'un engagement militaire de son pays aux côtés des forces russes en cas d'agression directe visant la Biélorussie ou la Russie. 

Face aux affirmations américaines d'après lesquelles la Russie planifierait une invasion de l'Ukraine, Vassily Nebenzia a accusé Washington, lors de la réunion du Conseil de sécurité, de vouloir «créer l'hystérie» et de «tromper la communauté internationale» avec des «accusations infondées», constatant que les Etats-Unis n'avaient pas fourni la «moindre preuve» à l'appui de leur thèse.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix