Le Drian se rendra en Ukraine avec son homologue allemande les 7 et 8 février

Le ministre allemand des Affaires étrangères Dmytro Kuleba et son homologue français Jean-Yves Le Drian© AP Photo/Rafael Yaghobzadeh
Le ministre allemand des Affaires étrangères Dmytro Kuleba et son homologue français Jean-Yves Le Drian, lors d'une conférence de presse au Quai d'Orsay, à Paris le 26 février 2022 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Dans un contexte de vives tensions entre l'Occident et la Russie autour de l'Ukraine, le chef de la diplomatie française se rendra dans le pays avec son homologue allemande les 7 et 8 février.

«J’ai assuré aujourd’hui Dmytro Kuleba [ministre ukrainien des Affaires étrangères] de nos pleins appui et solidarité avec l’Ukraine. Notre mobilisation se poursuit, notamment dans le format Normandie, pour la désescalade des tensions», a écrit sur Twitter le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Et d'ajouter : «Je me rendrai en Ukraine les 7 et 8 février avec Annalena Baerbock», chef de la diplomatie allemande.

L'Ukraine est actuellement au cœur de tensions entre l'Occident et la Russie : depuis plusieurs semaines, les Etats-Unis et d'autres pays occidentaux accusent Moscou d'envisager une invasion terrestre de l'Ukraine, ce que Moscou dément catégoriquement. De son côté, la Russie exprime ses craintes quant au danger que ferait peser sur sa sécurité une extension vers l'est de l'OTAN ou la livraison de certains armements à l'Ukraine, son voisin.

Partant, Moscou a remis à Washington et à l'Alliance atlantique des propositions de traité visant à garantir sa sécurité et à réduire les tensions en Europe. Ces textes prévoient en particulier un engagement de l'OTAN à ne plus s'étendre davantage à l'est. Les parties à qui s'adressent ces positions n'ont pas répondu favorablement à celles-ci, à ce jour.

La France est-elle en mesure de peser sur le dossier ukrainien ?

De leur côté, les Etats membres de l'Union européenne semblent avoir du mal à peser sur le dossier, à propos duquel Moscou et Washington négocient directement. Le 28 janvier néanmoins, Emmanuel Macron a pu aborder avec Vladimir Poutine la question, la conversation ayant «permis de s'entendre sur la nécessité d'une désescalade» autour de l'Ukraine, selon l'Elysée. Emmanuel Macron a en outre, selon une source de l'agence Reuters, déclaré au chef d'Etat russe : «Nous avons besoin que la Russie respecte la souveraineté des Etats.»

Plus tard le même jour, le président français s'est adressé à son homologue ukrainien, réaffirmant auprès de lui «la pleine solidarité de la France envers l'Ukraine» et «sa détermination à préserver l'intégrité territoriale et la souveraineté de ce pays, dans un contexte de forte volatilité».

Enfin, ce 29 janvier, la ministre française des Armées Florence Parly a annoncé que «plusieurs centaines d'hommes» de l'armée française étaient prêts à être déployés... en Roumanie. «Nous sommes réalistes, nous sommes lucides, nous nous préparons. Nous sommes prêts à défendre les pays qui se trouvent au plus près de cette zone de tensions dont l'enjeu premier est l'Ukraine», a déclaré la ministre, laissant ainsi entendre que la Roumanie, comme d'autres pays, serait menacée d'une manière ou d'une autre dans le contexte de tensions autour de l'Ukraine. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix