Autriche : les services secrets pointent la radicalisation d'opposants à la vaccination obligatoire

- Avec AFP

Des manifestants opposés aux mesures de restrictions anti-Covid avec le drapeau autrichien, à Vienne© Joe KLAMAR Source: AFP
Des manifestants opposés aux mesures de restrictions anti-Covid tiennent le drapeau autrichien à l'envers, à Vienne, le 20 novembre 2021.
Suivez RT France surTelegram

A quelques jours de l'entrée en vigueur de la vaccination obligatoire en Autriche, le chef des services secrets du pays se dit très inquiet de la radicalisation de certains opposants «d'extrême droite» aux vaccins et aux restrictions anti-Covid-19.

Le nouveau patron des renseignements intérieurs autrichiens s'alarme de la radicalisation des militants opposés aux vaccins et restrictions anti-Covid, qui n'hésitent pas à traverser les frontières pour «répandre leur idéologie extrémiste». Une tendance qui est selon lui «très inquiétante».

Dans un entretien à l'AFP – le premier accordé à la presse étrangère – Omar Haijawi-Pirchner explique que le pays alpin est un terrain propice à ces mouvements de contestation du fait de l'instauration de la vaccination obligatoire qui entrera en vigueur 4 février. Le projet a déclenché une vague de manifestations massives à Vienne, qui a vu affluer de nombreux étrangers – venus notamment de l'Allemagne ou de la Suisse voisines. 

Beaucoup d'activistes sont fortement radicalisés

L'ancien policier de 41 ans explique que «beaucoup d'activistes sont fortement radicalisés» et profitent de ces moments de rencontre pour «tenir des réunions et bâtir un réseau [avec] leurs partenaires d'extrême droite», sur fond d'«antisémitisme». Ils propagent selon lui leurs idées de capitale en capitale, au gré des mouvements de ras-le-bol contre les restrictions sanitaires.

De la France aux Pays-Bas, de l'Allemagne à la Belgique, plusieurs pays européens ont été secoués par des manifestations parfois violentes au cours des derniers mois. En Autriche, Omar Haijawi-Pirchner assure constater «des menaces sur des infrastructures critiques», citant parmi les cibles les médias, les hommes politiques et le personnel de santé. Les autorités ont d'ailleurs récemment mis en place des périmètres de protection autour des hôpitaux et des centres de tests et de vaccination, par peur de débordements.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix