Ukraine : Emmanuel Macron va proposer un «chemin de désescalade» à Vladimir Poutine

Suivez RT France surTelegram

L'Elysée a annoncé la tenue d'un entretien entre les présidents français et russe alors que des pays occidentaux, Etats-Unis en tête, ont récemment annoncé le renforcement de leur aide militaire à Kiev prétextant un supposé projet d'invasion russe.

Emmanuel Macron va proposer «un chemin de désescalade» au sujet du dossier ukrainien à son homologue russe Vladimir Poutine lors d'un entretien prévu «dans les prochains jours», a annoncé ce 24 janvier l'Elysée.

«Nous sommes préoccupés, nous sommes aussi très attentifs à ne pas créer d'ambiguïté, de volatilité supplémentaire», a ajouté la présidence française. Celle-ci a par ailleurs fait savoir que la France, l'Allemagne, la Russie et l'Ukraine tiendraient une réunion le 26 janvier à Paris sur l'Ukraine au niveau des conseillers diplomatiques.

Paris veut limiter les querelles européennes sur le dossier ukrainien

Cette volonté de coopération avec la Russie sur le dossier ukrainien avait été abordée la veille par le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Clément Beaune, à l'occasion d'une intervention à l'antenne de CNews et d'Europe 1. 

Lors de son passage télévisé, le haut fonctionnaire français a en effet plaidé pour un dialogue direct entre l'UE et la Russie concernant l'architecture de sécurité en Europe. «[Il faut que] nous ayons en tant qu'Union européenne [...] des propositions, un dialogue organisé, régulier avec la Russie, tout en étant fermes», a notamment considéré Clément Beaune, assurant qu'un dialogue incluant uniquement Moscou et Washington pourrait permettre à la Russie de «diviser» les Européens.

«Ce que nous devons faire, c'est rester unis en tant qu'Occidentaux, être présents en tant qu'Européens. Est-ce-que l'Union européenne fait assez ? Probablement pas aujourd'hui», a-t-il estimé. «On aurait tort de chercher à jouer les uns contre les autres [...]. La division serait le plus beau cadeau qu'on puisse faire à la Russie», a encore déclaré Clément Beaune qui a par ailleurs jugé «déraisonnable» de parler de «bruits de bottes» russes en Ukraine alors que la voie diplomatique n'a pas été épuisée.

«Les mouvements de troupes, de chars, de camions nous les voyons [...]. De là à dire ce que veut exactement Vladimir Poutine, ce que veut la Russie, il faut être prudent. Personne ne le sait exactement», a-t-il fait valoir.

Renforcement de l'aide militaire occidentale destinée à l'Ukraine

Cet élan diplomatique de la France survient alors que plusieurs pays occidentaux dont les Etats-Unis ont annoncé renforcer leur aide militaire à l'Ukraine alléguant à moult reprises que la Russie aurait pour projet d'envahir l'Ukraine, cela, malgré les démentis répétés de Moscou. «Les Russes n'ont actuellement pas l'intention d'amorcer une désescalade», a avancé le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

Par ailleurs, Washington a annoncé ce 24 janvier avoir placé jusqu'à 8 500 militaires en état d'alerte qui pourraient être déployés au sein des troupes de l'OTAN. Plus tôt, le même jour, l'Alliance avait publié un communiqué  dans lequel elle annonçait l'envoi de «navires et d'avions de combat supplémentaires» en Europe de l'est.

Il s'agirait pour l'Alliance transatlantique de renforcer sa force de «dissuasion» face à la Russie, alors que celle-ci a plaidé pour la «désescalade» par la voix de son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov, qui a également dénoncé «une hystérie déchaînée par les Occidentaux» le 21 janvier, à propos du dossier ukrainien. «La Russie n'a jamais, par ses responsables officiels, proféré de menaces contre le peuple ukrainien», avait déclaré le ministre russe. La Russie a également accusé l'organisation de vouloir exacerber les tensions.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix