Des députés en viennent aux mains lors de l'élection du président du Parlement hondurien (VIDEO)

- Avec AFP

Xiomara Castro présidente du Honduras© Moises Castillo Source: AP
Xiomara Castro, présidente élue du Honduras à Tegucigalpa, le 28 novembre 2021.
Suivez RT France surTelegram

Lors de l'élection du président du Parlement, 20 députés membres du parti de la présidente de gauche élue ont fait sécession en présentant un candidat de leurs rangs avec le soutien de la droite, contrevenant à un accord d'alliance préélectoral.

L’élection du président du Parlement au Honduras a viré à la crise politique le 21 janvier après la sécession de 20 membres du parti de la présidente élue, Xiomara Castro, à une semaine de sa prise de fonction. Sur son compte Twitter, la dirigeante a dénoncé une trahison.

Les invectives ont commencé dès l'ouverture de la session, lorsque les 20 députés du parti Liberté et Refondation (LIBRE, gauche) ont proposé l'un d'entre eux, Jorge Calix, au poste de président du Parlement, en violation d'un accord passé avec un autre parti de gauche. Aux cris de «traîtres», sept députés fidèles à la présidente élue se sont précipités sur Jorge Calix et l'ont forcé à fuir du perchoir alors qu'il prêtait serment.

Selon le ministre de l'Intérieur, Leonel Ayala, qui appartient au Parti national (droite), dont le candidat a été battu à la présidentielle par Xiomara Castro, la candidature de Calix a été soutenue par 83 députés. Le président du Parlement doit recueillir les suffrages de 65 députés sur 128.  Avec Jorge Calix au perchoir, le Parti national, défait dans les urnes, «a réussi à manœuvrer et à obtenir le contrôle du Parlement», a analysé auprès de l'AFP Eugenio Sosa, professeur de sociologie à l'Université nationale. 

Le chef du parti LIBRE, Gilberto Rios, a pour sa part déclaré à l'AFP que derrière les 20 députés agissaient «le crime organisé, le pouvoir financier, le narcotrafic et tous ceux qui pillent les ressources de l'Etat». Xiomara Castro, première femme élue à la tête du Honduras, avait tenu le 20 janvier au soir une réunion avec les députés de son parti pour leur demander de soutenir le député Luis Redondo pour la présidence du Parlement.

L'élection du président du Parlement doit encore être définitivement confirmée

Cependant, 20 députés sur 50 avaient boycotté la réunion. «L'absence des 20 députés est l'augure d'une trahison contre-révolutionnaire envers le parti et le peuple hondurien [...] et une trahison envers le projet politique de refondation de la patrie, en tentant [...] d'imposer un plan de l'élite corrompue que dirige [l'ex-président] Juan Orlando Hernandez», avait alors dénoncé la présidente. Le 21 janvier au soir, Xiomara Castro a annoncé «l'exclusion définitive des députés» dissidents, à l'issue d'une réunion d'urgence des instances du parti.

Xiomara Castro, qui prendra ses fonctions le 27 janvier, a remporté les élections sur un programme de transformations sociales dans un pays gangrené par la pauvreté, la corruption et le trafic de drogue qui a infiltré les structures de l'Etat. Elle a notamment été élue grâce à l'alliance passée entre LIBRE, dirigé par Manuel Zelaya – son mari et ancien président évincé en 2009 – et le Parti sauveur du Honduras (PSH), dirigé par Salvador Nasralla. L'accord passé avec le PSH prévoyait qu'en cas de victoire de la coalition, Nasralla serait élu vice-président du Parlement et pourrait proposer le nom du président. L'élection du président du Parlement doit encore être définitivement confirmée le 23 janvier, deux jours avant l'ouverture officielle de la session parlementaire. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix