Les Etats-Unis annoncent un exercice naval de l'OTAN en Méditerranée

- Avec AFP

Le porte-avions USS Harry S. Truman dans le golfe d'Oman.© US Navy Source: AFP
Le porte-avions étasunien USS Harry S. Truman dans le golfe d'Oman, le 25 décembre 2015 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Ces manœuvres, qui auront lieu en mer Méditerranée, devraient durer 12 jours et débuteront le 24 janvier. Le Pentagone a assuré que l'exercice était en préparation depuis 2020 et qu'il n'était pas lié aux tensions actuelles autour de l'Ukraine.

Le ministère de la Défense des Etats-Unis a annoncé le 21 janvier le lancement d'un exercice naval à grande échelle de l'OTAN en Méditerranée. L'exercice se déroulera le 24 janvier avec la participation du porte-avions américain USS Harry S. Truman.

L'exercice lui-même n'est pas conçu pour contrer le genre de scénarios qui pourraient se produire autour de l'Ukraine

«Neptune Strike 22 va durer jusqu'au 4 février, et est destiné à démontrer la capacité de l'OTAN à intégrer la force de frappe maritime sophistiquée d'un groupe aéroporté en soutien aux efforts de dissuasion et de défense de l'Alliance», a annoncé le porte-parole du Pentagone, John Kirby. Il a assuré que cet exercice était en préparation depuis 2020 et qu'il n'avait rien à voir avec les tensions actuelles autour de l'Ukraine, bien que «Neptune Strike 2022» ne figure pas sur la liste des exercices prévus en 2022 publiée le 14 décembre par l'OTAN sur son site.

John Kirby s'est exprimé sur la situation en ces termes : «L'exercice lui-même n'est pas conçu pour contrer le genre de scénarios qui pourraient se produire autour de l'Ukraine [...] C'est vraiment un exercice naval de l'OTAN [...] destiné à tester un vaste éventail de capacités navales que nous voulons être sûrs de continuer à renforcer.»

L'USS Harry S. Truman croise en Méditerranée pour «rassurer» les Européens, dit Washington

John Kirby a reconnu que la situation tendue avec la Russie avait suscité des débats avec les alliés sur la tenue de cet exercice naval. «Après discussions avec nos alliés de l'OTAN, il a été décidé d'aller de l'avant», a-t-il précisé. L'USS Harry S. Truman et son groupe aéroporté sont en Méditerranée depuis la mi-décembre. Le porte-avions devait rejoindre la zone d'opérations du commandement central (Centcom), mais le ministre américain de la Défense Lloyd Austin a décidé fin décembre de le maintenir en Méditerranée pour «rassurer» les Européens.

Sans mentionner les tensions autour de l'Ukraine et de l'extension de l'OTAN à l'Est, le Pentagone avait souligné que ce changement d'itinéraire «reflétait le besoin d'une présence continue en Europe».

La Russie a de son côté annoncé le 20 janvier des exercices navals de grande ampleur, organisés «conformément au plan d'entraînement des forces armées russes pour l'année 2022». Plus de 140 navires de guerre et environ 10 000 militaires prendront part en janvier et février à ces exercices menés dans l'Atlantique, l'Arctique, le Pacifique ou encore en Méditerranée.

Depuis plusieurs semaines, Washington, Kiev et certains de leurs alliés accusent la Russie d'envisager une invasion du territoire ukrainien, ce que Moscou dément catégoriquement. La Russie, de son côté, exprime ses craintes quant à sa sécurité, liée à l'extension vers l'Est de l'OTAN et à la perspective de livraisons d'armements offensifs à Kiev. Dans ce contexte, Moscou a proposé à Washington et à l'OTAN des traités, qui prévoient un renoncement de l'Alliance atlantique à tout élargissement à l'Est et un retour à l'architecture sécuritaire construite en Europe après la fin de la Guerre froide.

Le 21 janvier, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a rencontré à Genève son homologue américain. Lors d'une conférence de presse, le chef de la diplomatie russe a notamment souligné «la nécessité d'une désescalade», tandis qu'Antony Blinken a dit vouloir «privilégier la diplomatie».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix