L'Allemagne lie la mise en service du gazoduc Nord Stream 2 à la situation en Ukraine

L'Allemagne lie la mise en service du gazoduc Nord Stream 2 à la situation en Ukraine© Maxim Shemetov Source: Reuters
Le logo du projet de gazoduc Nord Stream 2 sur un tuyau à Tcheliabinsk, en Russie, le 26 février 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le chef de la diplomatie allemande a fait savoir que Nord Stream 2 ne pouvait «pas être approuvé car il ne répond pas aux exigences de la législation européenne sur l'énergie». Il a également mis en garde contre une «nouvelle escalade» en Ukraine.

Le gazoduc Nord Stream 2 ne peut pas être certifié en l'état car il n'est pas conforme à la réglementation de l'Union européenne en matière d'énergie. C'est ce qu'a fait savoir le 12 décembre le nouveau chef de la diplomatie allemande Annalena Baerbock. 

«En l'état actuel des choses, ce gazoduc ne peut pas être approuvé car il ne répond pas aux exigences de la législation européenne sur l'énergie, et que les questions de sécurité restent ouvertes», a déclaré la ministre fédérale des Affaires étrangères. Pour ces raisons, «il a été convenu entre les Américains et l'ancien gouvernement allemand» d'Angela Merkel «qu'en cas de nouvelle escalade ce gazoduc ne pourrait entrer en service», a-t-elle précisé sur la chaîne de télévision allemande ZDF, au moment où les Occidentaux disent craindre une invasion de l'Ukraine par les troupes russes.

La ministre des Affaires étrangères a participé au cours du week-end à une réunion du G7 consacrée notamment aux tensions avec la Russie et doit s'entretenir ce 13 décembre avec ses partenaires européens à ce sujet, alors que le nouveau chancelier allemand Olaf Scholz a lui-même avancé des menaces voilées concernant Nord Stream 2 : «Ce serait une grave erreur de croire que violer les frontières d'un pays européen resterait sans conséquences», a-t-il déclaré le 12 décembre lors d'une visite en Pologne.

Sa ministre des Affaires étrangères, qui représente les Verts (opposants de longue date du projet énergétique) au sein de la coalition au pouvoir, a par ailleurs assuré que le gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne via la mer Baltique «ne peut pour le moment être autorisé car il ne remplit pas les règles de la législation européenne de l'énergie». «Nous sommes dans une phase en ce moment où nous voulons tout mettre en œuvre pour que des discussions reprennent, car le dialogue est le meilleur moyen d'éviter une escalade», a-t-elle néanmoins affirmé.

Moscou rappelle n'avoir jamais utilisé les ressources énergétiques comme moyen de pression

L'autorité allemande de régulation de l'énergie avait suspendu le 16novembre la procédure de certification de Nord Stream 2 au motif que le consortium basé en Suisse chargé de son exploitation devait créer une société de droit allemand.

Ce gazoduc est soutenu par le chef de l'Etat russe Vladimir Poutine mais l'a également été, ces dernières années, par Angela Merkel au nom des garanties d'approvisionnement en gaz pour l'Europe. L'ancien chancelière, comme son successeur, a cependant lié les perspectives de lancement du projet à la préservation de l'accord actuel de transit du gaz russe par l'Ukraine. «Nous continuons à nous sentir responsables de veiller à ce que l'activité de transit de gaz de l'Ukraine reste fructueuse. Il en va de même pour les opportunités futures», a déclaré Olaf Scholz lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki.

Côté russe, Dmitri Peskov, le porte-parole du président russe, a exprimé sa perplexité face aux tentatives de certains pays de lier le sort du gazoduc à la situation géopolitique, comme l'a relayé l'agence de presse TASS. Moscou a également déclaré à plusieurs reprises qu'il n'avait jamais utilisé les ressources énergétiques comme moyen de pression.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix