EN DIRECT : les négociations sur la Syrie se poursuivent à Vienne

© Carlo Allegri Source: Reuters

Le 30 octobre, les représentants de 19 pays sont à Vienne pour essayer de trouver une solution politique à la crise syrienne alors qu’ils n’étaient que quatre, la Russie, les Etats-Unis, l’Arabie saoudite et la Turquie, le 23 octobre dernier.

  • Sergueï Lavrov pour sa part a déclaré que la Russie conservait sa position sur le fait que «les actions militaires contre Daesh ne peuvent s’effectuer qu’à la demande des autorités locales ou sur décision de l’ONU». Cette déclaration intervient près d’une heure après que Barack Obama a annoncé que les Etats-Unis enverraient des conseillers militaires en Syrie pour soutenir les rebelles modérés.

    Le ministre russe a encore indiqué que cette décision américaine n’influencerait pas l’approche adoptée par la Russie pour lutter contre le terrorisme. «Notre position n’a pas changé. Notre but est d’identifier un ennemi commun et de lutter contre lui», a-t-il martelé.

    Le chef de la diplomatie russe a également indiqué que les parties avaient convenu d’établir un cessez-le feu en Syrie, tout en précisant que «le cessez-le feu ne fonctionnera pas à l’égard des organisations terroristes».

  • «Nous [Etats-Unis] renforçons notre campagne contre Daesh et nous accentuons nos efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit. C’est pourquoi le président Obama a annoncé aujourd’hui l’intensification de la lutte contre Daesh», a fait savoir le secrétaire d’Etat américain John Kerry à propos de la décision de Barack Obama d’envoyer des militaires en Syrie.

  • «Il n’y a pas eu de percée lors des négociations sur la Syrie», a martelé le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steienmeier après la rencontre.

  • «Nous avons convenu de nous retrouver ici dans le même format d’ici deux semaines», a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, au terme des négociations.

  • «La rencontre n’était pas facile, mais elle était historique», a déclaré Federica Mogherini au terme de la rencontre. C’est la première fois qu’un aussi grand nombre de pays participe à ces négociations, a-t-elle en outre reconnu.

  • Après plus de huit heures de négociations à Vienne, la rencontre des ministres des Affaires étrangères sur le règlement de la crise syrienne vient de se terminer.

  • «Les participants aux négociations à Vienne n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur le rôle de Bachar el-Assad dans le règlement politique de la crise en Syrie», a déclaré le ministre irakien des Affaires étrangères, Ibrahim al-Jaafari. Il a néanmoins confirmé la volonté d’organiser un nouveau round de négociations sur la Syrie la semaine prochaine.

  • Les négociateurs envisagent la possibilité de décréter un cessez-le-feu en Syrie pour une période de 4 à 6 mois, a fait savoir l’agence de presse ITAR TASS, en se basant sur ses propres sources.

  • Les représentants de Damas et de l’opposition syrienne pourront arriver à Vienne pour prendre part aux négociations les 3 et 4 novembre, a confié à l’agence de presse russe ITAR TASS une source diplomatique occidentale. «Un tel scénario est discuté. Nous nous sommes mis d’accord sur les termes de la prochaine rencontre à Vienne qui devrait avoir lieu les 3 et 4 novembre, si toutes les parties montrent leur bonne volonté», a déclaré la source.

  • Alors que les négociations entre les ministres des Affaires étrangères continuent, des manifestants hostiles à Bachar el-Assad et soutenant l’opposition démocratique se sont rassemblés devant l’hôtel Imperial à Vienne. «Nous sommes le peuple syrien qui cherche la liberté», scandent les manifestants.

Le but de cette rencontre est de rédiger un plan qui mettra un terme à la guerre civile que connaît le pays depuis quatre ans, ouvrira la voie à un processus de transition politique tout en permettant d’unifier les efforts de toutes les parties intéressées pour lutter contre Daesh et les autres groupes terroristes qui sont actifs dans le pays.

En savoir plus : Syrie : l’élargissement des négociations aux acteurs régionaux amorce-t-il un règlement politique ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales