Licences de pêche : Londres affirme que sa position n'a pas changé après la rencontre Johnson-Macron

Licences de pêche : Londres affirme que sa position n'a pas changé après la rencontre Johnson-Macron© Andreas SOLARO
Emmanuel Macron et Boris Johnson le 31 octobre 2021, lors du sommet du G20 à Rome.
Suivez RT France surTelegram

En marge du sommet du G20, Emmanuel Macron et Boris Johnson se sont entretenus au sujet des tensions franco-britanniques sur les licences de pêche. Sauf que le ton des autorités britanniques sur cette entrevue diffère du ton de la partie française.

Paris semblait voir dans l'échange entre Emmanuel Macron et Boris Johnson, ce 20 octobre en marge du G20 de Rome, un premier pas en faveur d'un apaisement sur le dossier des licences de pêche accordées par le Royaume-Uni à la France depuis le Brexit. Or, comme le relève l'AFP, la posture adoptée par le Royaume-Uni diffère très nettement du compte rendu français sur cette rencontre.

D'un côté, l'Elysée a déclaré, selon l'agence de presse, que le président français et le Premier ministre britannique avaient décidé de travailler à «des mesures pratiques» dans «les tous prochains jours» afin de favoriser «une désescalade» à ce sujet.

Il s'agit de faire en sorte que «des mesures pratiques et opérationnelles soient prises le plus vite possible pour éviter une montée de la tension», a expliqué la présidence française.

De même, selon un conseiller de la présidence française cité par l'agence Reuters, l'entretien en strict tête-à-tête entre les deux dirigeants a «[permis de] prendre des mesures opérationnelles pour faire baisser la tension», alors que Paris entend imposer ce 2 novembre des mesures de représailles au Royaume-Uni s'il ne délivre pas davantage de licences aux pêcheurs français.

Londres attend toujours de Paris des mesures de désescalade

Mais le son de cloche diffère du côté de Londres : «Si le gouvernement français veut se présenter avec des propositions pour une désescalade par rapport aux menaces qu'ils ont formulées, elles seront les bienvenues», a déclaré le porte-parole du Premier ministre britannique à des journalistes, selon l'AFP. «Notre position n'a pas changé», a ajouté le porte-parole du dirigeant conservateur.

Selon le 10, Downing Street, ce 31 octobre, Boris Johnson a d'ailleurs appelé la France à retirer ces menaces de représailles.

La pêche post-Brexit, objet de vives tensions entre Londres et Paris

Au cœur du dossier : Paris reproche à Londres d'accorder trop peu de licences post-Brexit à ses pêcheurs. Les tensions avaient crû de nouveau le 29 octobre, à la veille du G20, lorsque le Royaume-Uni a menacé de mettre en œuvre des «contrôles rigoureux» sur les bateaux européens frayant dans ses eaux, si la France mettait effectivement à exécution ses menaces – à savoir, interdire dès le 2 novembre aux navires de pêche britanniques de débarquer leur cargaison dans les ports français et de renforcer les contrôles douaniers des camions.

Le 30 octobre, le chef du gouvernement britannique s'est plaint auprès de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, dénonçant des menaces «complètement injustifiées» de Paris, et a fait savoir que Londres envisageait «activement» pour la première fois, un outil de règlement des conflits prévu dans les accords post-Brexit avec l'UE. De son côté, Emmanuel Macron a déclaré au Financial Times que la «crédibilité» du Royaume-Uni était en jeu.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix