«Coup d'Etat» : que se passe-t-il au Soudan ?

«Coup d'Etat» : que se passe-t-il au Soudan ? Source: AFP
Des forces armées ont arrêté plusieurs dirigeants civils du Soudan, le 25 octobre 2021, après des jours de manifestations (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Des hommes armés non identifiés ont procédé à l’arrestation des dirigeants du Soudan issus de la société civile dans la matinée du 25 octobre. L'état d'urgence a été décrété dans tout le pays et un nouveau gouvernement devrait être nommé.

Les membres civils du «conseil de souveraineté» du Soudan, l'organe de transition mis en place depuis la chute d’Omar el-Béchir en 2019, ont été arrêtés par des forces armées dans la matinée du 25 octobre.

Le ministère soudanais de l’Information a confirmé l’information dans un communiqué publié sur Facebook : «Les membres civils du Conseil de souveraineté […] et la plupart des ministres […] ont été emmenés vers une destination inconnue.»

Les arrestations ont été effectuées aux domiciles respectifs des dirigeants, précise également le communiqué. «La plupart des ministres et les membres civils du Conseil de souveraineté ont été arrêtés», est-il succinctement expliqué dans le texte. Internet a également été coupé dans tout le pays, selon l’AFP.

Le Premier ministre du Soudan, Abdallah Hamdok, a également été appréhendé et conduit vers une destination inconnue. D’après l’AFP citant le ministère de l’Information : «Après avoir refusé de soutenir le coup d'Etat, des forces armées ont arrêté le Premier ministre Abdallah Hamdok et l'ont emmené vers un lieu non identifié.»

Le siège de la radiotélévision d’Etat a également été pris d’assaut à Omdourman, ville-jumelle de Khartoum, selon le ministère soudanais de l’Information. «Des employés sont retenus», précise le ministère. La télévision d’Etat diffuse actuellement un concert de musique traditionnelle.

Le bureau du Premier ministre a déclaré dans un communiqué : «Nous appelons la population soudanaise à protester par tous les moyens pacifiques possibles.»

Par ailleurs, le ministère de l'Information soudanais a annoncé que l'armée avait tiré «à balles réelles» sur des protestataires «refusant le coup d'Etat militaire» présents devant les quartiers généraux de l'armée à Khartoum.

Le général Abdel Fattah al-Burhane, à la tête des autorités de transition au Soudan, a annoncé la dissolution du Conseil de souveraineté et décrété l'état d'urgence dans tout le pays. Il a également expliqué qu'un nouveau gouvernement serait formé avec des «personnes compétentes».

L'Association des professionnels a dénoncé «un coup d'Etat militaire». Elle est l'un des fer de lance de la révolte de 2019 qui a poussé Omar el-Béchir vers la sortie. 

Des citoyens sont par ailleurs descendus dans les rues pour protester.

Auteur: RT France

L'Union africaine, la Ligue arabe, l'ONU et l'UE réagissent

L'Union africaine a appelé dans un communiqué à une «la reprise immédiate des consultations entre civils et militaires». «Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki, a appris avec une profonde consternation la grave évolution de la situation au Soudan», est-il expliqué dans le document.

La Ligue arabe s’est quant à elle dit «inquiète» pour la transition démocratique du Soudan. Ahmed Aboul Gheit, le secrétaire général de l’organisation panarabe, a en effet publié un communiqué où il exprime sa «profonde préoccupation face aux développements» de la situation au Soudan et a appelé «toutes les parties à respecter» l’accord de transition de 2019 ayant établi le «conseil souverain» qui partage le pouvoir entre civils et militaires.

L'émissaire de l'ONU au Soudan, Volker Perthes, s'est dit «très inquiet des informations sur un coup d'Etat». «J'appelle les forces armées à relâcher immédiatement les détenus», a-t-il ajouté, repris par l'AFP.

Le président français, Emmanuel Macron, a déclaré sur Twitter : «La France condamne avec la plus grande fermeté la tentative de coup d'État au Soudan. J’exprime notre soutien au gouvernement de transition soudanais et appelle à la libération immédiate et au respect de l’intégrité du Premier ministre et des dirigeants civils.»

De son côté, la Commission européenne a demandé à la «libération rapide» des dirigeants civils du gouvernement et appelé «urgemment à ce que les moyens de communications ne soient pas entravés pour permettre de joindre ceux qui en ont besoin». «Toute violence et bain de sang» doivent «être évités à tout prix», a ajouté Nabila Massrali, une porte-parole de l'exécutif européen.

Les Etats-Unis ont exprimé leur inquiétude au sujet des événements soudanais. Selon l’émissaire américain pour la Corne d’Afrique, Jeffrey Feltman, ces arrestations vont à «l'encontre de la déclaration constitutionnelle et des aspirations démocratiques du peuple soudanais».

Enfin, l'Allemagne a «clairement condamné» les événements au Soudan. «Les informations faisant état d'une nouvelle tentative de coup d'État au Soudan sont atterrantes», celui-ci «doit cesser immédiatement», a fait valoir le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas dans un communiqué. Il a appelé au «dialogue».

Une tentative de putsch déjà déjouée en septembre 2021

Le Soudan était traversé par des semaines de tension entre les autorités civiles et militaires qui constituent le «conseil souverain» chargé de la transition politique du pays. Le 16 octobre, des partisans de l’armée avaient ainsi dressé un campement devant le palais présidentiel, provoquant en réponse des manifestations le 21 octobre dans différentes villes du pays.

Toutefois, la situation s’est fortement dégradée lorsque les pro-armée ont paralysé une partie de Khartoum le 24 octobre en bloquant l’un des principaux ponts de la ville ou en brûlant des pneus en travers de la route. Selon l’AFP, plusieurs signaux inquiétants s’étaient manifestés. Abdallah Hamdok a ainsi évoqué la «crise la plus grave et la plus dangereuse» depuis la création du gouvernement transitoire, bien qu’ayant démenti les rumeurs de remaniement ministériel en faveur de l’armée.

Le Soudan est en transition politique depuis 2019, lorsque l’ancien dirigeant du pays, Omar el-Béchir, a été démis puis poursuivi dans son propre pays, mais aussi par la Cour pénale internationale pour «génocide», «crime de guerre» et «crimes contre l’humanité». Il était lui-même arrivé au pouvoir à l’aide d’un coup d’Etat en 1989.

Des dizaines de milliers de personnes avaient manifesté en 2020 pour réclamer l’application des réformes alors promises par le «conseil de souveraineté» nouvellement formé. Ce dernier devait organiser des élections à la fin de l’année 2023. Sur le plan international, il avait également entamé une normalisation des relations avec Israël en 2020. Toutefois des tentatives de déstabilisations se sont intensifiées depuis le mois de septembre 2021. Le 21 septembre, une première tentative de coup d’Etat avait ainsi été déjouée.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»