«Le Coran est notre constitution» : des Soudanais manifestent contre des réformes jugées anti-islam

- Avec AFP

«Le Coran est notre constitution» : des Soudanais manifestent contre des réformes jugées anti-islam© Ashraf Shazly Source: AFP
Des manifestants défilent avec une bannière en arabe sur laquelle on peut lire : «Le Coran est notre constitution, la législation est le droit de Dieu», lors d'une manifestation dans le district de Khartoum est, au Soudan, le 17 juillet 2020.

Le gouvernement de transition a adopté des amendements abolissant la peine de mort pour apostasie, criminalisant l'excision et autorisant les non-musulmans à importer, vendre et consommer de l'alcool. Des décisions contestées dans la rue à Khartoum.

Plusieurs dizaines de Soudanais ont manifesté ce 17 juillet à Khartoum contre des réformes adoptées récemment par le gouvernement de transition et qu'ils jugent anti-islamiques. 

Le 10 juillet, le gouvernement de transition – arrivé au pouvoir après la chute de l'ancien président Omar el-Béchir – a adopté une série d'amendements abolissant la peine de mort pour apostasie, criminalisant l'excision et autorisant les non-musulmans à importer, vendre et consommer de l'alcool pour la première fois depuis 1983.

Non aux amendements contraires à la charia

Cette dernière mesure ne s'applique pas aux Soudanais musulmans qui représentent 97% des quelque 40 millions d'habitants du pays, selon les chiffres officiels. La semaine dernière, le ministre de la Justice Nasreddine Abdelbari a également annoncé que la conversion à une autre religion que l'islam serait décriminalisée. 

Le Premier ministre Abdallah Hamdok a lui salué sur Twitter l'adoption de ces amendements comme une «étape importante dans la réforme de l'institution judiciaire».

«Nous ne remplacerons pas la loi divine», «Hamdok : Khartoum n'est pas New York», ont scandé les manifestants, descendus dans les rues du nord et de l'est de la ville, après la prière collective du vendredi. «Non aux amendements contraires à la charia [loi islamique]», pouvait-on aussi lire sur certaines banderoles. Les forces de sécurité ont bloqué les grandes avenues de la capitale ainsi que les ponts reliant le centre de Khartoum à sa ville jumelle Oumdourman, sur la rive opposée du Nil blanc.

Arrivé au pouvoir en 1989 par un coup d'Etat soutenu par les islamistes, Omar el-Béchir a encouragé une stricte pratique de l'islam dans le pays. Il a été destitué en avril 2019, quatre mois après le début d'un mouvement de contestation populaire déclenché par le triplement du prix du pain. A l'initiative de cette réforme judiciaire, le gouvernement de Hamdok, formé en août 2019 après un accord entre l'armée et l'opposition, a pour mission d'accompagner le Soudan dans sa transition politique durant trois ans. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»