Le procès des assassins présumés de Sankara s'ouvre au Burkina Faso 34 ans après les faits

Suivez RT France surTelegram

Le procès des quatorze personnes suspectées d'avoir assassiné Thomas Sankara va s'ouvrir à Ouagadougou. L'ancien dirigeant du Burkina Faso de 1983 à 1987 avait été assassiné lors d'un coup d'Etat qui a porté au pouvoir Blaise Compaoré.

L'ouverture du procès des assassins présumés de Thomas Sankara, ancien dirigeant du Burkina Faso de 1983 à 1987, est très attendu par les Burkinabés. Les suspects comparaîtront devant un tribunal militaire qui s'ouvre ce 11 octobre. «Nos attentes, c'est qu'on dise le droit, que la vérité soit, que la lumière se fasse sur ce dossier très ensanglanté», a confié un Burkinabé au micro de RT France.

Blaise Compaoré n'assistera pas au procès

Les chefs d'inculpation sont «atteinte à la sûreté de l'Etat», «complicité d'assassinat» et «complicité de recel de cadavre». Blaise Compaoré, le principal accusé, n'assistera pas au procès. L'ancien bras droit de Thomas Sankara a en effet toujours nié avoir été mêlé à l'assassinat de l'ancien dirigeant du Burkina Faso. Porté au pouvoir par le coup d'Etat de 1987, il s'est maintenu au pouvoir pendant 27 ans avant d'en être chassé par une insurrection populaire. Il s'était alors réfugié en Côte d'Ivoire où il vit depuis en exil. Il fait cependant l'objet d'un mandat d'arrêt international.

Son avocat a dénoncé le fait que son client ne se soit «même pas vu notifier la procédure». «On n'a reçu aucun d'acte, ni d'accusation, ni de mise en cause, [...] nous n'avons pas les moyens de nous barrer procéduralement», a-t-il déploré. «Nous considérons que ce n'est pas un procès, c'est un simulacre de procès», a-t-il estimé.

Thomas Sankara avait lui-même accédé au pouvoir à la suite d'un coup d'Etat. Durant ses quatre années au pouvoir, il a notamment donné son nom actuel au Burkina Faso, auparavant dénommé Haute-Volta, et ambitionnait d'émanciper le peuple burkinabé. Il a eu droit à des funérailles nationales à la suite de l'exhumation de ses restes en 2015.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»