Tchad : la police disperse à coup de gaz lacrymogènes des manifestants opposés au gouvernement

- Avec AFP

Tchad : la police disperse à coup de gaz lacrymogènes des manifestants opposés au gouvernement© Zohra Bensemra Source: Reuters
Membres des forces de sécurité tchadiennes le 27 avril 2021 à N'Djamena (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Quelques mois après la mise en place du Conseil militaire de transition, l'opposition politique tchadienne continue d'exprimer son opposition au nouveau gouvernement. Une nouvelle manifestation a été dispersée par les forces de l'ordre.

La police tchadienne a dispersé ce 2 octobre à coup de gaz lacrymogènes un rassemblement de plusieurs centaines de personnes devant le siège d'un parti d'opposition à N'Djamena, à l'appel de la société civile, contre le gouvernement en place, a constaté un journaliste de l'AFP.

La manifestation de Wakit Tama, une coalition de partis d'opposition et de la société civile, avait été autorisée la veille par les autorités, mais le pouvoir avait exigé un itinéraire différent.

Le rassemblement avait été autorisé sur une avenue dans le centre de la capitale, mais cet itinéraire «est très éloigné de notre base et il est difficile» d'y «mobiliser du monde», a déclaré à l'AFP l'opposant Succès Masra, ajoutant que plusieurs personnes ont été blessées par des tirs de gaz lacrymogènes. 

Les manifestants, rapidement dispersés par un important dispositif policier, se sont ensuite rassemblés devant le siège des Transformateurs, le parti politique de Succès Masra.

Marcher est un droit constitutionnel et nous souhaitons manifester où nous voulons

«L'itinéraire n'a pas été respecté, ils se sont regroupés dans un endroit autre que celui autorisé», a déclaré à l'AFP Paul Manga, porte-parole de la police, affirmant que la situation est «calme et sous contrôle». «Quand l'itinéraire n'est pas respecté et que les manifestants bloquent la circulation, cela créée des troubles à l'ordre public», a-t-il poursuivi. 

«Marcher est un droit constitutionnel et nous souhaitons manifester où nous voulons», a déclaré à l'AFP Hamza, un jeune manifestant de 29 ans, à proximité du siège des Transformateurs. 

Le 20 avril, en annonçant la mort du maréchal Déby, qui venait d'être déclaré réélu après 30 années au pouvoir sans partage, le général Mahamat Déby, 37 ans, était proclamé chef de l’Etat à la tête d'un Conseil militaire de transition (CMT), composé de 14 autres généraux fidèles à son père. Le CMT avait alors aussitôt révoqué le gouvernement, dissous l'Assemblée nationale et abrogé la Constitution. 

Le gouvernement a promis des élections «libres et transparentes» dans un délai de 18 mois, renouvelable une fois, et la désignation rapide d'un parlement intérimaire, le Conseil national de transition (CNT), en attendant les scrutins. Il a finalement été désigné le 24 septembre.

Le général Déby n'a pas exclu, récemment, de prolonger la transition de 18 mois si «certaines conditions» n'étaient pas réunies. Mais sous la pression internationale, il a nommé, le 11 mai, un gouvernement dirigé par un Premier ministre civil, Albert Pahimi Padacké. Or, l'essentiel du pouvoir exécutif demeure dans ses mains. 

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»