Sous-marins : «Les Européens ne tendent plus la joue quand on les gifle», assure Clément Beaune

Sous-marins : «Les Européens ne tendent plus la joue quand on les gifle», assure Clément Beaune© Yves Herman Source: Reuters
Le ministre français des Affaires européennes Clément Beaune et son homologue allemand Michael Roth à Bruxelles, en Belgique, le 21 septembre 2021.
Suivez RT France surTelegram

«Certains de nos alliés pensent que la parole engagée vis‑à-vis d'un grand pays européen ne vaut rien», a déploré le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, pour qui une sortie de la France de l'OTAN reste néanmoins inenvisageable.

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune l'assure : la crise née de la rupture d'un contrat de vente de sous-marins à l'Australie a impulsé une nouvelle orientation de l'Union européenne vis-à-vis des Etats-Unis et du Royaume-Uni. «Nous ne sommes plus les herbivores de la mondialisation. Les Européens ne tendent plus la joue quand on les gifle. Cette mentalité de bons élèves qui doivent toujours chercher à tendre la main ou à s'excuser recule de jour en jour», a-t-il déclaré dans un entretien au JDD publié ce 26 septembre.

«Certains de nos alliés pensent que la parole engagée vis‑à-vis d'un grand pays européen ne vaut rien, que l'on peut travailler sur des questions stratégiques, dans une région aussi cruciale que l'Indo-Pacifique sans les Européens», a-t-il poursuivi, mettant en avant la réaction d'autres pays de l'UE qui ont exprimé leur solidarité avec Paris lors d'une réunion à Bruxelles le 21 septembre.

La relation transatlantique reste nécessaire

Le secrétaire d'Etat allemand aux Affaires européennes Michael Roth avait à cette occasion dit comprendre «très bien la déception française» après l'annonce d'un pacte, baptisé Aukus, entre les Etats-Unis, l'Australie et le Royaume-Uni, qui a entraîné la rupture par Canberra du méga-contrat d'achat de sous-marins français. «Un signal d'alarme pour tous dans l'UE», avait ajouté le représentant allemand. «Les déclarations allemandes ou italiennes sont très claires : quand un problème de cette nature touche la France, c'est un camouflet européen», a affirmé Clément Beaune dans le JDD.

Au-delà de la fermeté du ton, le secrétaire d'Etat a néanmoins souligné que «la relation transatlantique reste nécessaire» et que l'UE «ne peut s'en dispenser». «Il n'y a pas de débat là-dessus. Mais les Européens doivent prendre conscience que leurs intérêts se définissent à Bruxelles et dans les autres capitales européennes, pas à Washington», a-t-il avancé. Questionné sur la possibilité que le président Emmanuel Macron – qui avait jugé fin 2019 l'OTAN en état de «mort cérébrale» – puisse envisager une sortie de l'organisation militaire transatlantique, Clément Beaune a toutefois semblé moins vindicatif : «Ce sont de pures inventions», a-t-il balayé.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»