Tournant inattendu de la présidentielle argentine : le candidat d’opposition Mauricio Macri en tête

Mauricio Macri Source: Reuters
Mauricio Macri

D’après les résultats préliminaires du décompte des bulletins, Daniel Scioli le candidat soutenu par la présidente sortante Cristina Kirchner a cédé la première place au conservateur Mauricio Macri.

Après le décompte de 71% des votes, l’ancien homme d’affaires et maire actuel de Buenos Aires, Mauricio Macri, devance son principal rival Daniel Scioli, de la coalition «Front pour la victoire» actuellement au pouvoir, avec 35,7% de suffrages contre 35,2%.

«Ce qui s’est passé aujourd’hui va changer le visage de la politique dans ce pays», a estimé Mauricio Macri dimanche soir.

Scioli, du parti péroniste, etait pourtant en tête des sondages avec 42% d’intentions de vote. Maricio Macri rassemblait quant à lui environ 29% des intentions de vote.

Cependant, sans écart supérieur après le décompte de la totalité des votes exprimés, un second tour sera le plus probablement ordonné par les autorités. En Argentine, un candidat doit recueillir au moins 45% des suffrages, où 40% tout en devançant ses rivaux d’au moins 10%, pour être élu dès le premier tour.

Ce dimanche, les Argentins choisissaient la moitié de leurs députés, un nouveau sénat, ainsi qu’un nouveau président, élu pour un mandat de quatre ans afin de remplacer la présidente sortante, qui ne peut accomplir plus de deux mandats consécutifs.

Elue en 2007 à la suite du mandat de son mari, Nestor Kirchner, Cristina Kirchner a offert un mélange entre du socialisme populisme et de l’étatisme, soutenu par un prix élevé des matières premières, combiné à une vigoureuse rhétorique nationaliste. Elle a prospéré sur les conflits, a tracassé l’Occident, a isolé ses ennemis de l’intérieur, que ce soit les capitalistes, les paysans ou les opposants politiques.

Lire aussi : L'Argentine ordonne le gel des actifs illégaux des foreurs des îles Malouines

Durant son mandat, la pauvreté a été réduite, bien que l’opposition a émis des doutes sur le montant exact des gains, pointant aussi un gonflement des investissements étatiques. Mais avec une réserve de devises étrangères s’amoindrissant, l’inflation a atteint 25% et le déficit du budget 7%. Le taux de croissance pour cette année devrait être inférieur à 1%, et une récession devrait avoir lieu en 2016.

L’Argentine est aussi devenue un Etat paria au sein des institutions occidentales. L’année dernière, le pays a fait défaut sur 20 milliards de dollars d’obligations étrangères, qui découlaient du précédent défaut en 2001. Cristina Kirchner a déclaré que le pays n’avait aucune obligation à payer les «fonds vautours» qui ont acheté ces obligations une bouchée de pain, et est maintenant engagée dans un bras de fer judiciaire complexe contre des investisseurs américains. Le Fonds Monétaire International et des opposants internes ont aussi accusé le gouvernement de manipuler des statistiques économiques clés. L’investissement étranger en Argentine s’est effondré, bien que la Chine ait accordé des prêts et participe à des projets d’infrastructures.

Les deux candidats avaient promis de démanteler le complexe système du budget ainsi que les contrôles protectionnistes mis en place par le gouvernement Kirchner, et de mettre un terme aux dysfonctionnements. Alors que Scioli a promis de le faire tout en poursuivant les programmes sociaux initiés par sa prédécesseure, les autres candidats se se sont dépeints comme ouvertement pro-business, et ont appelé à des réformes plus rapides afin d’éviter un défaut généralisé.

Lire aussi : Cristina Kirchner à RT : «Il est absurde de penser que la Russie est une menace»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales