Condamnation à mort de l'oncle d'Ali al-Nimr confirmée par l'Arabie Saoudite : l'Iran met en garde

Le Cheikh al-Nimr© Twitter @PressTV
Le Cheikh al-Nimr

Le frère du dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr, figure de l’opposition de la monarchie pétrolière, a annoncé que la Cour suprême saoudienne avait confirmé la peine de mort prononcée contre le cheikh pour «désobéissance au souverain»

Mohamed al-Nimr, qui est aussi le père d’Ali al-Nimr, autre condamné à mort qui doit être décapité et crucifié, a déclaré que la vie de Nimr Baqer al-Nimr était maintenant «entre les mains du roi Salmane, qui peut entériner la peine ou surseoir à son exécution». Il a ajouté que sa mort «pourrait susciter des réactions» parmi ses «partisans dans les milieux chiites du monde musulman», attendant du roi qu’il fasse «preuve de sagesse».

Lire aussi : Wikileaks, petites combines du Royaume-Uni et de l’Arabie saoudite pour s’assurer des sièges au CDH

L’Iran a en effet déjà prévenu le royaume, par le biais de son vice-ministre des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian, que «l’exécution du cheikh Nimr coûterait cher à l’Arabie Saoudite».

Le Cheikh Nimr al-Nimr a prêché pendant des manifestations en 2011 en faveur d'une sécession de l'est de l'Arabie et de sa fusion avec le royaume proche de Bahreïn, également agité à l'époque par un mouvement de contestation chiite. Il a été condamné à mort il y a un an par la justice du royaume sunnite pour «sédition», «désobéissance au souverain» et «port d'arme».

Lire aussi : Transféré en cellule d’isolement, Ali Al-Nimr pourrait être décapité sous peu

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales