Vladimir Poutine et Angela Merkel plaident pour maintenir les négociations de paix en Ukraine

Suivez RT France surTelegram

Vladimir Poutine et Angela Merkel ont tenu, ce 20 août, une conférence de presse conjointe lors de la visite de la chancelière en Russie. Ils ont abordé, entre autres sujets, la situation en Afghanistan, les négociations sur l'Ukraine, ou Navalny.

La chancelière allemande est arrivée en Russie ce 20 août pour une visite officielle de deux jours. Pour son dernier déplacement en Russie en tant que chancelière, elle a pu échanger avec le président Poutine sur les relations entre les deux pays ainsi que sur différents sujets de politique internationale évoqués lors d'une conférence de presse conjointe. 

L'Afghanistan, sujet d'inquiétude pour les deux pays 

Alors que la situation en Afghanistan est au cœur des préoccupations de nombreuses chancelleries, Vladimir Poutine et Angela Merkel ont bien sûr abordé ce sujet quelques jours après la chute de Kaboul. Il faut empêcher «l'effondrement» de l'Afghanistan, a ainsi estimé le président russe tout en affirmant qu'il ne faut pas permettre aux «terroristes» de quitter l'Afghanistan.

Il a également estimé que les autres pays ne devraient pas imposer «leurs propres valeurs à l'Afghanistan» et que la réalité était que les Taliban avaient pris le contrôle de la majeure partie du pays. Il a dit espérer que les Taliban tiendraient leurs promesses de rétablir l'ordre en Afghanistan et qu'il était important d'empêcher les terroristes d'entrer dans les pays voisins.

«Il faut arrêter (...) cette volonté de bâtir dans d'autres pays la démocratie selon des modèles étrangers, sans tenir compte des particularités historiques, nationales ou religieuses, en ignorant complètement les traditions selon lesquelles vivent d'autres peuples», a encore ajouté Vladimir Poutine.

De son côté, la chancelière a qualifié de «déprimant» le retour des Taliban au pouvoir, mais «c'est un fait», a-t-elle noté. Elle a exprimé son souhait de voir l'Allemagne accueillir des Afghans menacés dans leur pays. 

Une volonté commune de négociations sur la situation en Ukraine

La chancelière allemande Angela Merkel a abordé également la question de l'Ukraine en affirmant qu'il fallait «maintenir en vie» les négociations de paix à l'est du pays.

«Je conseille de continuer d'essayer de maintenir en vie ce format et qu'il ne finisse pas dans l'impasse», a-t-elle déclaré, même «si les avancées ne sont pas aussi rapides que nous l'espérions».

Par ailleurs, Vladimir Poutine a salué les effort fournis par Angela Merkel pour le règlement de la situation dans le sud-est de l'Ukraine, notamment dans le cadre du «format de Normandie» réunissant Kiev, Paris, Berlin et Moscou. Le président russe a invité la chancelière allemande en visite en Ukraine le 22 août à encourager les autorités de ce pays à respecter les accords de Minsk.

Il a également accusé l'Ukraine de vouloir les dynamiter. «On a l'impression que les autorités du pays ont décidé de renoncer par principe à un règlement pacifique», a commenté le président russe. Mis à part ces accords, «il n'y a aucun autre instrument pour aboutir à la paix» dans ces régions, a-t-il encore insisté , appelant à les traiter «avec respect et délicatesse».

Angela Merkel réclame la libération de Navalny 

Lors de la conférence de presse, Angela Merkel a réaffirmé son souhait de voir la Russie libérer Alexeï Navalny. L'activiste russe a été placé fin février 2021 en colonie pénitentiaire après qu'un tribunal de Moscou a confirmé en appel la révocation d'un sursis prononcé en 2014, pour violations répétées des conditions de ce même sursis.

En réponse à ce sujet de tensions entre la Russie et l'Occident, Vladimir Poutine a affirmé qu'Alexeï Navalny n'a pas été condamné pour son activité politique mais pour des infractions, des actes criminels à l'égard de partenaires étrangers. «Je crois que personne ne doit se cacher derrière des activités politiques pour mener des activités criminelles», a déclaré le président russe.

L'Allemagne et la Russie doivent continuer le dialogue pour la chancelière

La chancelière a insisté pour la poursuite du dialogue avec la Russie malgré leurs «différends profonds». «Nous nous parlons et cela doit continuer ainsi», a insisté Angela Merkel, qui partira à l'automne après 16 ans de pouvoir. «J'ai toujours cherché un compromis dans les relations» qui ont été parfois difficile avec la Russie, a-t-elle conclu.

La chancelière allemande et le président russe ont en outre défendu le gazoduc Nord Stream 2 dans la mer Baltique qui va augmenter l'alimentation en gaz russe de l'Allemagne et de l'Europe pour les décennies à venir.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»