Lever «toutes les sanctions illégales américaines» : le nouveau président iranien Raïssi fixe le cap

Lever «toutes les sanctions illégales américaines» : le nouveau président iranien Raïssi fixe le cap© Majid Asgaripour/WANA Source: Reuters
Le nouveau président Ebrahim Raïssi lors de sa prestation de serment devant le Parlement iranien, le 5 août.
Suivez RT France surTelegram

Ebrahim Raïssi a prêté serment ce 5 août devant le Parlement. Le nouveau président de la République islamique d'Iran entend redresser une économie minée par les sanctions, sans pour autant céder à la «pression» exercée par les Occidentaux.

«Toutes les sanctions illégales américaines contre la nation iranienne doivent être levées. Nous soutiendrons tout plan diplomatique qui atteindra cet objectif» : lors de sa prestation de serment devant le Parlement iranien ce 5 août, le nouveau président Ebrahim Raïssi a laissé entrevoir les grandes lignes de la politique que mènera Téhéran durant son mandat.

En particulier, l'ancien chef de l'Autorité judiciaire iranienne devra composer avec un défi intérieur : celui de relever une économie durement frappée par les mesures imposées par Washington. «Le peuple iranien attend du nouveau gouvernement qu'il améliore leur vie», a-t-il affirmé au cours de la cérémonie d'investiture, ajoutant : «Le nouveau gouvernement travaillera pour améliorer l'économie et résoudre les problèmes de la nation.»

Téhéran ne liera «pas le niveau de vie de la nation à la volonté des étrangers»

Néanmoins, celui qui est lui-même sous le coup de sanctions américaines pour son rôle présumé dans l'exécution de prisonniers politiques en 1988 (un épisode que les autorités iraniennes démentent) n'est pas prêt à toutes les concessions. Il a ainsi promis que Téhéran ne céderait pas face à la «pression et [aux] sanctions», assurant que celles-ci ne parviendraient pas «à décourager l'Iran de défendre ses droits». Lors de sa prise officielle de fonctions deux jours plus tôt, Ebrahim Raïssi avait déjà prévenu que Téhéran ne lierait «pas le niveau de vie de la nation à la volonté des étrangers».

Selon l'AFP, plusieurs dirigeants et hauts responsables internationaux ont assisté à l'investiture du nouveau président, dont les présidents d'Irak Barham Salih et d'Afghanistan Ashraf Ghani, ou encore les chefs du Parlement russe, sud-africain et syrien.

Raïssi ne veut pas s'enfermer dans le dossier nucléaire

Au grand dam d'Israël, Enrique Mora, qui chapeaute pour l'Union européenne les discussions sur l'épineux dossier nucléaire iranien, a également assisté à la cérémonie. Et pour cause, il s'agit là de l'une des principales questions sensibles de la politique extérieure iranienne.

Réputé plus modéré que son successeur, l'ancien président Hassan Rohani avait conclu en 2015 un accord avec les grandes puissances (Etats-Unis, Chine, Russie, Allemagne, Union européenne, France et Royaume-Uni) qui conditionnait le contrôle du programme nucléaire national à une levée partielle des sanctions. Mais cet accord mondialement salué est tombé à l'eau lorsque le président américain Donald Trump en a retiré unilatéralement les Etats-Unis en 2018, renforçant des sanctions qui n'ont jamais totalement cessé de frapper le pays depuis la Révolution islamique de 1979.

Depuis le retrait américain, des négociations sont en cours à Vienne pour tenter de relancer le processus, mais le nouveau président a déjà mis les points sur les i. Au lendemain d'un nouveau round de négociations dans la capitale autrichienne, le 21 juin, Ebrahim Raïssi avait ainsi expliqué pour sa première conférence de presse post-électorale que Téhéran ne négocierait pas «pour le plaisir de négocier».

«Toute rencontre doit produire des résultats [...] pour la nation iranienne», avait-il poursuivi, avant de souligner : «J'exhorte les Etats-Unis à revenir à leur engagement envers l'accord.»

Le nouveau président n'entend pas, pour autant, rencontrer Joe Biden dans l'immédiat, comme il l'a laconiquement fait savoir à un journaliste américain qui lui posait la question.

Si Ebrahim Raïssi devra donc composer avec ce dossier dans le cadre de la politique étrangère de son pays, il a d'ores et déjà fait savoir qu'il ne se laisserait pas enfermer par la question nucléaire. «Notre politique étrangère ne se limitera pas à l'accord nucléaire. Nous aurons des interactions avec le monde. Nous ne lierons pas les intérêts du peuple iranien à l'accord nucléaire», a-t-il ainsi martelé lors de cette même conférence de presse.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»