Accord sur le nucléaire iranien : Téhéran annonce la fin de sanctions américaines

- Avec Reuters

Accord sur le nucléaire iranien : Téhéran annonce la fin de sanctions américaines© Raheb Homavandi Source: Reuters
Vue d’une plateforme iranienne de forage sur le champ pétrolifère de Soroush dans le golfe Persique, le 25 juillet 2005 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon la présidence iranienne, un accord aurait été trouvé pour la levée de sanctions qui frappent son économie depuis le retrait des Etats-Unis, en 2018, de l'accord sur son programme nucléaire.

«Un accord a été trouvé pour annuler l'ensemble des sanctions visant les secteurs des assurances, du pétrole et du transport qui avaient été imposées par [l'ancien président des Etats-Unis Donald] Trump», a déclaré Mahmoud Vaezi, chef de cabinet de la présidence iranienne, selon les médias publics iraniens consultés le 23 juin par l’agence Reuters.

«Quelque 1 040 sanctions datant de l'époque de la présidence Trump seront levées dans le cadre de cet accord. Il prévoit également la levée de certaines sanctions ciblant des individus et des membres de l'entourage du guide suprême», a-t-il précisé.

Le même jour, à l’occasion d’une conférence de presse à Berlin avec le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken, le ministre allemand des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas a quant à lui déclaré : «Nous avançons pas à pas dans chaque cycle de négociations et nous supposons que dans le contexte de l'élection présidentielle [iranienne], il y a de bonnes possibilités de les conclure dans un avenir prévisible.»

En fin de semaine Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale du président des Etats-Unis Joe Biden, déclarait toutefois qu'il restait encore «une longue distance à parcourir». Mais des responsables du camp du président iranien sortant Hassan Rohani, en fonction jusqu’à la fin du mois de juillet, ont déjà laissé entendre que les Etats-Unis étaient prêts à faire d'importantes concessions dans le cadre des pourparlers lancés en avril à Vienne.

Ultimes divergences sur le calendrier

Ces négociations visent à fixer un cadre pour le retour des Etats-Unis dans l’accord sur le nucléaire iranien ou Plan d'action global commun (PAGC, ou JCPoA en anglais) dénoncé par Donald Trump en 2018. L'administration Biden n’a pas caché son intention de réintégrer l'accord, mais des divergences avec l’Iran subsistent sur le calendrier de sa mise en œuvre. Signé le 14 juillet 2015 à Vienne par l'Iran et le P5+1 (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Organisation des nations unies : Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne plus l’Allemagne), cet accord prévoyait des limitations sur le programme nucléaire iranien en contrepartie de la levée de sanctions internationales visant Téhéran.

Dans le sillage du retrait des Etats-Unis et du retour des sanctions en 2018, l'Iran s'est progressivement affranchi des obligations fixées pour son programme nucléaire. Les discussions dans la capitale autrichienne, où siège l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), ont été ajournées le 20 juin - pour une dizaine de jours selon «deux diplomates» cités par Reuters - deux jours après l'élection présidentielle iranienne, remportée le 18 juin par Ebrahim Raïssi, figurant sur une liste noire américaine.

Un accord avant la prise de fonction d'Ebrahim Raïssi

Mais pour les responsables iraniens et occidentaux, l'accession d'Ebrahim Raïssi à la présidence ne devrait pas remettre en cause les négociations en cours qui relèvent principalement du guide suprême de la Révolution Ali Khamenei.

Sans attendre l’issue des négociations en cours à Vienne, le service de presse du ministère iranien du Pétrole a d'ailleurs annoncé le début de l’exploitation du nouveau gisement pétrolifère géant d’Abuzar, situé au sud-ouest de l'île de Kharg dans le golfe Persique. Javad Rostami, responsable de l'ingénierie pétrolière de l’Iranian Offshore Oil Company qui exploite ce réservoir a affirmé qu’il pourrait produire entre 6 000 et 10 000 barils par jour (b/j).

Cette annonce implique une hausse de la production pétrolière iranienne à la veille d’un retour de Téhéran sur le marché mondial du pétrole permis par la levée attendue des sanctions américaines. Ce retour se ferait dans un contexte de reprise de la consommation mondiale qui a propulsé les prix du baril de brut aux environs de 75 dollars pour les principales références (Brent 75,77 dollars, Texas WTI 73,89).  

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»