Côte d'Ivoire : rencontre chaleureuse à Abidjan entre les anciens rivaux Ouattara et Gbagbo (IMAGES)

- Avec AFP

Côte d'Ivoire : rencontre chaleureuse à Abidjan entre les anciens rivaux Ouattara et Gbagbo (IMAGES)© Luc GNAGO Source: Reuters
Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara se serrent la main sur le perron du palais présidentiel, à Abidjan, le 27 juillet 2021.
Suivez RT France surTelegram

Le président ivoirien Alassane Ouattara a reçu son prédécesseur Laurent Gbagbo, une première depuis la crise électorale de 2010-2011. Les deux anciens rivaux, qui se sont affichés main dans la main, saluent une rencontre «fraternelle» et «détendue».

Une accolade et des sourires : le président ivoirien Alassane Ouattara a reçu son prédécesseur Laurent Gbagbo le 27 juillet dans une atmosphère de réconciliation, pour leur première rencontre depuis leur duel à l'élection de 2010 qui avait débouché sur une crise meurtrière.

«Comment tu vas Laurent ? Content de te voir», a lancé Alassane Ouattara à Laurent Gbagbo en l'accueillant sur le perron du palais présidentiel d'Abidjan, où les deux hommes se sont donné l'accolade et ont avancé main dans la main. Après un tête-à-tête d'une trentaine de minutes, ils ont tenu un bref point de presse saluant tous deux une rencontre «fraternelle» et «détendue».

Au-delà de l'ambiance chaleureuse du rendez-vous, Laurent Gbagbo a appelé l'actuel chef de l'Etat à libérer les personnes arrêtées pendant la violente crise post-électorale de 2010-2011 qui sont toujours en prison. «J'étais leur chef de file, je suis dehors aujourd'hui et ils sont en prison. J'aimerais que le président fasse tout ce qu'il peut pour les libérer», a-t-il déclaré.

«Cette crise a créé des divergences mais cela est derrière nous. Ce qui importe c'est la Côte d'Ivoire, c'est la paix pour notre pays», a de son côté affirmé Alassane Ouattara. «Nous travaillerons à renforcer la confiance, dans l’intérêt de notre pays» : sur Twitter, le président de 79 ans a salué une «rencontre cordiale et fraternelle avec [son] jeune frère Laurent Gbagbo», âgé de 76 ans.

Le dernier tête-à-tête entre les deux hommes remontait au 25 novembre 2010, date à laquelle ils s'étaient affrontés dans un débat télévisé quelques jours avant le second tour de la présidentielle.

N'Goran Djedri, l'un des dirigeants du Parti démocratique de Côte d'Ivoire – la principale formation d'opposition alliée aux pro-Gbagbo – s'est exprimé en ces termes auprès de l'AFP : «Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire se félicite des prédispositions nouvelles du président [Alassane Ouattara] au dialogue [...] Nous encourageons donc cet esprit de dialogue inclusif [...] emboitant le pas à ses prédécesseurs [le chef du parti] Henri Konan Bédié et Gbagbo.» «Nous croyons que les Ivoiriens sentent les lignes bouger en faveur de la paix, de la réconciliation et cela est profitable à tout le monde», a-t-il ajouté.

D'autres rencontres prévues

La présidentielle de 2010 en Côte d'Ivoire avait débouché sur une grave crise née du refus de Laurant Gbagbo de reconnaître sa défaite, et qui avait fait environ 3 000 morts. Celui-ci avait ensuite été arrêté et poursuivi devant la Cour pénale internationale pour crimes contre l'humanité.

Mais depuis l'acquittement définitif par la justice internationale et son retour en Côte d'Ivoire – rendu possible grâce au feu vert du président Ouattara – le mot réconciliation est sur toutes les lèvres.

C'est important de rétablir la confiance et que les Ivoiriens se réconcilient

Après un premier contact téléphonique début juillet, la rencontre marque un certain apaisement de la vie politique ivoirienne, dans la continuité du retour de Laurent Gbagbo le 17 juin. Celle-ci devrait être suivie d'autres rendez-vous, selon les deux hommes. «Nous avons convenu de nous revoir de temps en temps. C'est important de rétablir la confiance et que les Ivoiriens se réconcilient et se fassent confiance également», a notamment déclaré Alassane Ouattara. Autre signe de cette détente, le gouvernement avait également laissé entendre qu'il ne ferait pas appliquer la condamnation de Laurent Gbagbo à vingt ans de prison pour le «braquage» de la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) pendant les événements de 2010-2011.

Le retour d'un opposant politique de premier plan

L'apaisement entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo ne coule toutefois pas de source, tant les relations entre les deux hommes restent marquées par les violences post-électorales de 2010-2011.

Laurent Gbagbo ne compte pas rester discret dans le jeu politique ivoirien : depuis son retour, il s'est déjà affirmé comme un opposant politique de premier plan à Alassane Ouattara.

Très vite, il était allé rencontrer Henri Konan Bédié – un autre ancien président, ancien rival de Laurent Gbagbo désormais poids lourd de l'opposition – et n'avait pas manqué d'égratigner Alassane Ouattara. Laurent Gbagbo avait notamment appelé à «respecter les textes», en référence à la réélection en 2020 d'Alassane Ouattara pour un troisième mandat controversé, au cours d'une présidentielle boycottée par l'opposition qui jugeait ce nouveau mandat inconstitutionnel.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»