Des dizaines de milliers de cas de «champignon noir» parmi les malades du Covid-19 en Inde

- Avec AFP

Des dizaines de milliers de cas de «champignon noir» parmi les malades du Covid-19 en Inde© Amit Dave Source: Reuters
Un médecin examine la bouche d'un patient qui souffre de mucormycose, dans un hôpital d'Ahmedabad en Inde, le 28 juin 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'Inde a enregistré au cours des deux derniers mois plus de 45 000 cas de mucormycose, une infection fongique très agressive, rare et mortelle, dont la résurgence pourrait être liée à l'usage excessif de stéroïdes pour soigner les malades du Covid.

Le ministère indien de la Santé a fait savoir le 20 juillet que plus de 4 200 personnes étaient décédées de la mucormycose, également appelé «maladie du champignon noir». Cette pathologie normalement rare s'est répandue en Inde parmi les malades du Covid-19 après leur rétablissement, a expliqué devant le Parlement le ministre adjoint de la Santé, Bharati Pravin Pawar. Le pays dénombre désormais plus de 45 000 cas.

Les chirurgiens contraints de procéder à des ablations sur le visage de patients

Ainsi que le rapporte l'AFP, cette maladie fongique très agressive, qui affiche habituellement un taux de mortalité dépassant les 50%, a obligé les chirurgiens à procéder à l'ablation des yeux, du nez et de la mâchoire de certains patients pour éviter que l'infection n'atteigne le cerveau. Selon le gouvernement, l'Etat de Maharashtra (ouest) est le plus frappé avec 9 348 cas. L'Inde n'enregistrait que 20 cas de mucormycose par an avant la pandémie de Covid-19, cette maladie affectant notamment les personnes immunodéprimées, présentant un taux de sucre dans le sang trop élevé, atteintes du SIDA ou ayant subi des greffes d'organes.

Les experts ont attribué cette hausse spectaculaire des cas de mucormycose à un usage excessif de stéroïdes pour soigner les malades du Covid-19. En mai, le gouvernement indien a déclaré l'état d'épidémie pour la mucormycose au moment où le nombre de cas a commencé à exploser. Les chiffres du gouvernement montrent que le nombre d'infections a connu un pic en mai et en juin avant de décroître de manière significative. Les réseaux sociaux ont alors été inondés d'appels désespérés à la recherche de traitements pour soigner cette maladie. Le journal Hindustan Times a fait état le 19 juillet d'une augmentation des cas parmi les enfants dans l'Etat du Rajasthan (nord).

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»