Donald Trump annonce porter plainte contre Facebook, Google, Twitter et leurs dirigeants

Donald Trump annonce porter plainte contre Facebook, Google, Twitter et leurs dirigeants© MANDEL NGAN Source: AFP
Le président américain Donald Trump s'exprime lors d'une conférence de presse sur le nouveau coronavirus, COVID-19, dans la roseraie de la Maison Blanche à Washington, le 27 avril 2020.
Suivez RT France surTelegram

L'ancien président américain a accusé le 7 juillet Facebook, Google et Twitter de «censure illégale, et «inconstitutionnelle» après son bannissement progressif des plateformes. Il entend ainsi porter plainte.

Evincé de Twitter et Facebook, après avoir été accusé d'avoir encouragé l'invasion du Capitole par la foule de ses partisans pendant la cérémonie de certification de la victoire de son rival Joe Biden le 6 janvier, Donald Trump a annoncé le dépôt d'une plainte contre les deux géants des réseaux sociaux Twitter et Facebook ainsi que Google. 

Le droit inaliénable du peuple américain à la liberté doit prévaloir sur les Big Tech et les autres forces qui cherchent à le détruire

«Aujourd’hui, aux côtés de l'America First Policy Institute [organisation qui promeut les politiques défendant "l'Amérique d'abord"], je dépose, en tant que principal représentant, une action collective majeure en justice contre les géants de la tech comprenant Facebook, Google et Twitter, ainsi que leurs patrons Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jack Dorsey», a annoncé l'ancien président américain dans son club de golf de Bedminster, dans le New Jersey. 

«Nous demandons au tribunal fédéral du district sud de la Floride d'ordonner l'arrêt immédiat de la censure illégale et honteuse de la part des groupes de réseaux sociaux visant les Américains», a-t-il expliqué avant d'exiger la fin du «silence forcé». 

«Le droit inaliénable du peuple américain à la liberté doit prévaloir contre les Big Tech et les autres forces qui cherchent à le détruire. Par ce procès, nous défendons la démocratie américaine en défendant le droit à la liberté d'expression pour tous les Américains», a par ailleurs déclaré Donald Trump. 

Le milliardaire républicain a été évincé de Twitter et Facebook alors qu'il était encore président. Une interdiction critiquée par les conservateurs qui jugent que les réseaux sociaux s'attaquent ainsi à la liberté d'expression. L'ancien président continue d'envoyer régulièrement à une liste d'abonnés ses communiqués dans lesquels il affirme ne pas avoir perdu l'élection présidentielle de novembre. Mais leur écho est bien moindre que lorsqu'il s'exprimait sur les réseaux sociaux : il comptait près de 89 millions d'abonnés sur Twitter, 35 millions sur Facebook et 24 millions sur Instagram avant d'en être banni.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»