Algérie : grâce présidentielle pour des jeunes détenus du Hirak

- Avec AFP

Algérie : grâce présidentielle pour des jeunes détenus du Hirak© Ramzi BOUDINA Source: AFP
Abdelmadjid Tebboune, président de l'Algérie, lors de son investiture le 19 décembre 2019 à Alger (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Abdelmadjid Tebboune, le président de l'Algérie, va gracier plusieurs membres du mouvement Hirak, incarcérés pour avoir manifesté. Cette grâce traditionnelle lors de la célébration de l'indépendance algérienne pourrait s'élargir à d'autres détenus.

Le président algérien Abdelmadjid Tebboune a ordonné la libération de jeunes détenus incarcérés pour avoir appelé ou pris part à des manifestations dans le cadre du mouvement de contestation du Hirak, selon un communiqué du ministère de la Justice, publié le soir du 4 juillet. Cette mesure de clémence est traditionnelle chaque année à la veille de l'anniversaire de l'indépendance de l'Algérie (5 juillet 1962). 

«A l'occasion du 59e anniversaire de la fête de l'Indépendance et de la Jeunesse [...], le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a décrété des mesures d'élargissement au profit des jeunes poursuivis pénalement et se trouvant en détention pour avoir commis des faits liés à des attroupements et autres actes qui y sont liés», indique le communiqué.

18 prisonniers au moins seront libérés par la grâce présidentielle

Dix-huit prisonniers ont été graciés le 4 juillet au soir et «l'opération se poursuit pour les autres», ajoute le communiqué, diffusé par l'agence officielle APS.  Le ministère de la Justice n'a pas précisé le nombre de détenus concernés.

Plus de 300 personnes sont actuellement en prison en lien avec le Hirak et/ou les libertés individuelles, selon le Comité national de libération des détenus (CNLD), une association de soutien. La majorité d'entre eux sont des jeunes arrêtés dans les semaines qui ont précédé les élections législatives du 12 juin.

Déterminé à briser le Hirak, le pouvoir a de facto interdit ses manifestations et multiplié les arrestations et les poursuites judiciaires visant ses militants, ainsi que des opposants politiques, des universitaires et des journalistes.

Plus de 80 ONG algériennes et internationales ont récemment interpellé le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies à propos de «l'escalade répressive» des autorités algériennes et de «la criminalisation incessante des libertés fondamentales».

Né en février 2019 du rejet populaire d'un cinquième mandat présidentiel d'Abdelaziz Bouteflika, le Hirak – un mouvement pacifique et sans véritable leadership – réclame un changement radical du système de gouvernance en place depuis l'indépendance. Jusqu'à présent en vain.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»