Biélorussie : Roman Protassevitch et sa compagne placés en résidence surveillée

Biélorussie : Roman Protassevitch et sa compagne placés en résidence surveillée Source: Reuters
L'activiste Roman Protassevitch lors d'une audience à Minsk, en Biélorussie, le 10 avril 2017 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Les autorités biélorusses ont annoncé le placement en résidence surveillée de l'opposant Roman Protassevitch et de sa compagne, arrêtés fin mai après le déroutement vers Minsk de leur vol en provenance d'Athènes.

Ainsi que le rapporte l'AFP, le Comité d'enquête biélorusse a déclaré le 25 juin sur sa chaîne Telegram qu'il était désormais possible de placer en résidence surveillée le journaliste et activiste Roman Protassevitch, ainsi que sa compagne, après que tous deux ont fait des «aveux cohérents» et se sont engagés à «aider l'enquête et identifier leurs complices».

Plus tôt dans la journée, un conseiller de l'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa a expliqué avoir parlé aux parents de Roman Protassevitch et appris son placement en résidence surveillée. L'avocat de sa compagne Sofia Sapega a de son côté dit espérer «une évolution positive dans un futur proche» pour sa cliente.

Le jeune journaliste qui, comme l'a rapporté le Times au mois de mai – avant que le journal ne fasse disparaître l'article en question – a par le passé entretenu des liens avec le bataillon Azov, une milice d'extrême droite opérant en Ukraine contre les rebelles de l'est du pays, est aujourd'hui accusé par les autorités biélorusses d'avoir coordonné sur les réseaux sociaux, avec l'aide de sa compagne, la vague de manifestations qui a déferlé sur plusieurs grandes villes du pays l'année dernière, après la réélection du président Alexandre Loukachenko.

Depuis son interpellation, Roman Protassevitch a, dans le cadre d'un entretien diffusé par la télévision publique biélorusse, reconnu sa culpabilité et dit vouloir corriger ses erreurs. Pour rappel, l'interview en question avait fait bondir plusieurs chancelleries occidentales qui ont entre autres dénoncé un échange «clairement réalisé sous la contrainte».

Cette semaine, l'Union européenne et Washington ont pris de nouvelles sanctions contre des dizaines de responsables, dont les ministres de la Défense et des Transports, le chef d'état-major de l'armée de l'air et l'un des fils d'Alexandre Loukachenko.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»