Canada, qui est le nouveau Premier ministre Justin Trudeau et que va-t-il changer?

Justin Trudeau, nouveau Premier ministre canadien© Chris Wattie Source: Reuters
Justin Trudeau, nouveau Premier ministre canadien

C'est une victoire éclatante qui donne au Parti libéral la majorité absolue au parlement canadien. C'est aussi la fin du règne de Stephen Harper, inamovible Premier ministre conservateur au pouvoir depuis 10 ans, remplacé par le jeune Justin Trudeau.

Le parti libéral canadien, de tendance centre-gauche, était pourtant jusqu'alors la troisième force politique du pays. Pourtant les élections législatives l'ont consacré comme le première force du pays, raflant 180 sièges des 338 que compte la Chambre des communes, soit la majorité absolue. La Parti conservateur a remporté 99 sièges, devenant la deuxième formation du pays, devant les 44 sièges du NPD social-démocrate.

Signe de l'intérêt pour cette élection, le taux de participation a dépassé légèrement les 68%, contre 61% il y a quatre ans.

A 43 ans, Justin Trudeau devient donc le Premier ministre d'un pays que son père, Pierre Elliott Trudeau, avait déjà gouverné il y a un peu plus de 30 ans.

Economie et crise internationale au Moyen-Orient, les deux pôles de la campagne

C'est sur le terrain de l'économie que Justin Trudeau a su d'abord offrir un programme rassembleur. Depuis le mois de janvier, l'économie canadienne est entrée en récession, en raison notamment de la chute des prix du pétrole. Le nouveau Premier ministre a donc mené une campagne axée sur une politique de relance étatique, à coup de programmes publics d'infrastructures. Sa cible, les classes moyennes avec une baisse des impôts et une taxation des plus riches à la clef.

En contraste, les idées du très libéral Stephen Harper, avec son programme de minimisation du rôle et de l'action de l'Etat , n'ont pas séduit l'électorat. Le Premier ministre sortant avait tenté de capitaliser des voix sur le volet sécuritaire et sociétal, relançant par exemple le débat sur le port du voile musulman dans le pays. Sans plus de succès

En savoir plus: Les Canadiens se voilent la face aux élections législatives pour protester contre le port du niqab

Autre sujet qui a focalisé la campagne, la situation internationale et l'alignement du pays sur les positions américaines. Si Stephen Harper avait engagé les troupes canadiennes en Afghanistan, en Libye, puis en Syrie, le nouveau chef de gouvernement avait pris l'engagement, lors de la campagne, de ne plus participer, au sein de la coalition internationale menée par les Etats-Unis, aux frappes aériennes contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie

La politique internationale de Stephen Harper avait subi quelques revers que son adversaire n'a pas manqué de souligner, qu'il s'agisse de son scepticisme face au réchauffement climatique ou encore son soutien indéfectible à Israël qui, pour certains observateurs, a provoqué l'échec de la candidature canadienne au Conseil de sécurité de l'ONU.

Et maintenant?

Justin Trudeau formera prochainement un Conseil des ministres, sorte de comité de direction du gouvernement canadien, qui comportera autant d'hommes que de femmes, avait promis le Premier ministre élu lors de sa campagne. Pour rappel, le chef de l'Etat canadien reste Elizabeth II, la reine d'Angleterre qui est aussi celle du Canada. 

Concernant la politique internationale, de grands axes qui marquent une inflexion de la position canadienne sur de nombreux sujets ont été esquissés. En ce qui concerne le Moyen-Orient, le Canada devrait plutôt, à l'avenir, aider à former les forces locales pour vaincre Daesh (l'Etat islamique) sur le terrain. Il a également promis d'augmenter l'aide humanitaire.

Quant à la crise migratoire, le parti libéral s'est engagé à accepter immédiatement 25 000 réfugiés en provenance de Syrie et à dépenser 100 millions de dollars canadiens pour aider à leur accueil. Une attitude qui contraste avec l'administration Harper qui avait été accusée d'avoir ordonné aux fonctionnaires de l'immigration d'interrompre le traitement des demandes de réfugiés pendant la campagne électorale.

Par ailleurs, en ce qui concerne le TPP, l'accord de libre-échange intitulé partenariat transpacifique salué par les conservateurs et contestés par le NPD, le parti libéral a estimé qu'il fallait tenir compte de tout ce que cet accord de libre-échange impliquait. Une position qui nuance un peu celle de Justin Trudeau qui s'était au départ déclaré favorable à cet accord qui a pour but d'intégrer les économies des régions Asie-Pacifique et Américaine.

En savoir plus: Partenariat Trans-Pacifique : 12 pays finalisent cet accord controversé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales