Poutine : les services spéciaux russes n'ont rien à voir avec le déroutage du vol Ryanair vers Minsk

Poutine : les services spéciaux russes n'ont rien à voir avec le déroutage du vol Ryanair vers Minsk© Handout via REUTERS/File Photo
L'avion du vol Ryanair qui a été dérouté vers Minsk le 23 mai 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Interrogé lors de la séance plénière du Forum économique de Saint-Pétersbourg ce 4 juin, le président russe a souligné que Moscou n'était aucunement impliqué dans le déroutage du vol de Ryanair vers Minsk fin mai.

Vladimir Poutine a tenu un discours et répondu à des questions lors de la séance plénière du Forum économique international de Saint-Pétersbourg, ce 4 juin. L'occasion, pour la presse, d'interroger le chef d'Etat sur des sujets d'ordre politique – bien que ce ne fût pas le thème central du forum.

Alors que l'animateur de la séance et journaliste de la chaîne Rossia-24 demandait à Vladimir Poutine de donner son avis sur l'affaire du vol de Ryanair dérouté vers Minsk le 23 mai, Vladimir Poutine a rappelé qu'il ne souhaitait pas «émettre d'évaluations» sur la politique intérieure de pays étrangers.

Il a néanmoins profité de l'occasion pour balayer les accusations selon lesquelles les services secrets russes auraient été impliqués dans cette affaire. «J'ai vu les déclarations des autorités de l'OTAN, comme quoi la Russie y a participé. [...] Ces gens-là ne comprennent pas comment ça se passe», a déploré le chef d'Etat, en déduisant qu'une coopération internationale n'était pas possible sur ce sujet.

Le 23 mai, Minsk a fait décoller un chasseur afin de «recommander» à un vol Athènes-Vilnius de la compagnie Ryanair d'atterrir sur son sol, faisant valoir une alerte à la bombe attribuée au Hamas. Le mouvement islamiste palestinien, de son côté, a démenti tout rapport avec la menace avancée par les autorités biélorusses.

A bord de l'avion dérouté se trouvait le journaliste et opposant biélorusse Roman Protassevitch et sa compagne Sofia Sapega (de nationalité russe), qui ont été interpellés à Minsk.

L'UE a accusé la Biélorussie d'avoir utilisé cette alerte à la bombe comme prétexte pour procéder à cette arrestation. La Russie a estimé pour sa part que Minsk, qui déclare avoir agi de bonne foi, s'est efforcé de faire preuve de transparence et que les sanctions européennes qui ont suivi étaient prématurées tant qu'aucune enquête n'est arrivée à sa conclusion.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»