Un député espagnol affirme qu'«un homme ne peut pas tomber enceinte», son compte Twitter suspendu

Un député espagnol affirme qu'«un homme ne peut pas tomber enceinte», son compte Twitter suspendu© Dado Ruvic Source: Reuters
Le logo de Twitter et un cadenas sur la carte mère d'un ordinateur, le 4 mai 2021 (illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'élu de Séville Francisco José Contreras a été temporairement banni du réseau social pour avoir écrit «un homme ne peut pas tomber enceinte» parce qu'il n'a «ni utérus ni ovules». Un message assimilé à un «discours de haine» par la plateforme.

Francisco José Contreras, député du parti de droite anti-immigration espagnol Vox, a vu son compte Twitter être suspendu pendant 12 heures le 11 mai après avoir déclaré qu'«un homme ne peut pas tomber enceinte» parce qu'il n'a «ni utérus ni ovules», en réponse à un article qu'il a partagé sur le réseau au sujet d'un homme transgenre qui a annoncé avoir donné naissance à une petite fille.

Contreras a déclaré sur Facebook le 11 mai qu'il avait reçu un message de Twitter l'informant que ses propos avaient violé la politique de la plateforme en matière de «discours de haine». «Le tweet haineux (que j'ai été obligé de supprimer) était celui qui disait : "Un homme ne peut pas tomber enceinte. Un homme n'a ni utérus ni ovules"», a expliqué Contreras. «Vous pouvez constater à quel point il s'agit de biologie fasciste. La prochaine fois, j'essaierai 2 + 2 = 4», a-t-il ironisé.

Le hashtag #AManCannotBePregnant (#UnHommeNePeutPasEtreEnceinte) a été lancé par ses soutiens sur le réseau, en réaction à la décision de Twitter. «Nous ne laisserons pas Twitter imposer une vision du monde tordue (et anthropologiquement fausse). Nous continuerons à dire la vérité sur la nature humaine. La vérité biologique ne doit pas être considérée comme un "discours de haine". C'est de la biologie, pas du sectarisme», a déclaré Contreras auprès de LifeSite News, une publication canadienne anti-avortement.

Une précédente suspension du compte de Vox pendant des élections

Après la réactivation de son compte, le député de Séville a posté un message dans le même esprit sur Twitter : «Nous avons la réalité de notre côté. Nous avons tous eu un père et une mère. Ce n'est pas du fascisme ou de l'incitation à la haine : c'est de la biologie.»

Ce n'est pas la première fois qu'un contenu lié au mouvement espagnol Vox mène à une suspension sur Twitter. Selon le blog conservateur espagnol Contando Estrelas, le réseau a désactivé le compte officiel du parti pendant 24 heures lors des élections en Catalogne en janvier dernier, après que le groupe a affirmé que les taux de criminalité élevés étaient liés aux immigrés nord-africains. «En février dernier, en pleines élections régionales en Catalogne, Twitter a censuré le compte Vox au cours d'une nouvelle ingérence de l'entreprise américaine dans le processus électoral d'un autre pays. L'explication de Twitter dans cette affaire était que le fait de citer des statistiques montrant le pourcentage élevé de plaintes pénales contre des nord-africains était également une "incitation à la haine"», a rappelé Francisco Contreras auprès de LifeSite News.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»