Allemagne : les réfugiés face au froid dans des logements de fortune

Un camp provisoire pour réfugiés© Michaela Rehle Source: Reuters
Un camp provisoire pour réfugiés

Devant des autorités débordées, les migrants dénoncent leurs conditions de vie dans le pays, alors que le thermomètre a brusquement chuté ces derniers jours.

L’Allemagne peine à trouver de la place pour loger les dizaines de milliers de migrants auxquels elle est confrontée. Le problème est d’autant plus pressant que les températures sont récemment tombées autour de cinq degrés à Berlin, prélude d’un hiver qui s’annonce rude. A Hambourg, où 4 000 réfugiés sont logés dans des tentes, des manifestations ont eu lieu pour dénoncer leurs conditions de vie. Sur certaines pancartes, on pouvait notamment lire : «nous avons froid !».

La Croix Rouge de Saxe, qui s’occupe de 10 000 migrants, a tiré la sonnette d’alarme. Dans les tentes non-chauffées, «c'est devenu un problème sanitaire : les gens sont tombés malades à cause du froid», explique un porte-parole. A l’heure actuelle, tous les réfugiés de la région ont pu être relogés dans des tentes chauffées, mais l’organisation humanitaire craint de devoir placer les nouveaux arrivants dans des tentes sans chauffage, faute de mieux.

Actuellement, dans l’ensemble du pays, 42 000 réfugiés (sur les 305 000 pris en charge) ne seraient pas logés sous des toits en dur, estime le quotidien national Die Welt. «Avant, Berlin accueillait entre 1 500 et 2 000 demandeurs d'asile par an. En ce moment, c'est le nombre de réfugiés qui arrivent ici chaque jour», explique le responsable des Affaires sociales de la ville, Mario Czaja.

En effet, avec 800 000 demandeurs d’asile attendus cette année, l’Allemagne tente de se montrer inventive pour loger tout le monde. Par exemple, à Berlin, les halles qui accueilleront le salon de l’agriculture en janvier, ont été temporairement transformées en centre d’accueil d’urgence. Ailleurs, ce sont des gymnases qui ont été réquisitionnés, au grand dam des parents dont les enfants sont privés d’activités sportives. La chancelière Angela Merkel a toutefois assuré, dans le journal allemand Bild, qu’il ne s’agissait «pas d’une solution durable».

En savoir plus : Angela Merkel reste décidée à accueillir de nombreux réfugiés, mais n'en prendra pas chez elle

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales