Angela Merkel reste décidée à accueillir de nombreux réfugiés, mais n'en prendra pas chez elle

Angela Merkel est au plus bas dans les sondages. Source: Reuters
Angela Merkel est au plus bas dans les sondages.

La chancelière allemande, malgré une forte baisse dans les sondages, a tenu a réaffirmer sa politique d'accueil envers les réfugiés. Et cela alors que des voix demandent un changement de politique en Allemagne.

Angela Merkel n’accueillera pas de réfugiés chez elle. Critiquée en Allemagne pour offrir une politique d’accueil ambitieuse aux réfugiés, la chancelière allemande a expliqué ne pas être en mesure «actuellement» de recevoir des réfugiés chez elle, comme le font de nombreux Allemands. «Même si j’ai beaucoup de respect pour les gens qui le font, je ne peux pas m’imaginer ça actuellement», a expliqué Angela Merkel au quotidien Bild.

En savoir plus : La Bavière menace de porter Merkel devant la Cour Constitutionnelle

Au plus bas dans les sondages, elle est ainsi critiqué au sein de la CDU, mais ne semble pas y accorder d’importance : «Le sondages ne sont pas mon étalon de mesure».

Elle a notamment rejeté l’idée, réclamée par un parti allié de la CDU, de fermer les frontières. «Ma tâche, en tant que chancelière, n’est pas de répandre l’inquiétude à longueur de journée mais de travailler à trouver des solutions aux problèmes», a rétorqué Angela Merkel.

Malgré ces critiques en Allemagne, Angela Merkel continue donc d’affirmer sa volonté d’accueillir des réfugiés, considérant que «cela fait partie de l’humanité fondamentale de notre pays que d’accueillir un réfugié avec sympathie, comme n’importe quel autre être humain».  

En savoir plus : Des Allemands inquiets souhaitent le retour des frontières, Pegida monte en puissance 

Dans cet entretien publié par Bild, la chancelière allemande appelle aussi une nouvelle fois l'Europe à la solidarité et promet d'accélérer la construction de logements pour mieux accueillir les migrants en Allemagne, où 800 000 à un million de demandeurs d'asile sont attendus cette année. La chancelière annonce également vouloir accélérer les expulsions des migrants qui n'ont «aucune perspective de pouvoir rester».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales